Aller au contenu principal

Marcher sur la Breizh #3 : rencontres itinérantes des arts de la rue en Bretagne

RDV à Questembert (56) jeudi 18 avril 2024
- 13:30

La Fédé Breizh, Fédération des Arts de la Rue en Bretagne sillonne la région pour rassembler le secteur des arts de la rue et susciter de nouvelles coopérations entre élu·e·s, compagnies, associations et acteurs culturels sur nos territoires.
Lors de cette troisième étape dans le Morbihan, nous questionnerons les liens qui se tissent lorsqu'on initie un projet artistique dans l'espace public.

Jeudi 18 avril 2024 de 13h30 à 18h30

Entrée libre sur inscription

Les arts de la rue, tisseurs de liens sur nos territoires?

Quels liens tisse-t-on en initiant un projet artistique dans l’espace public? Comment accompagner des habitant·e·s vers la capacité d’agir et d’exercer leurs droits culturels?
Pour creuser cette problématique, nous invitons plusieurs acteurs culturels à témoigner. Ces expériences permettront d’interroger l’inscription dans une politique culturelle de territoire et l’intégration des transitions au coeur des projets artistiques. A travers l’implication des habitant·e·s dans les initiatives artistiques, nous réfléchirons collectivement aux modes de participation citoyenne dans l’espace public.

Programme

Le déroulé de la journée est en cours de construction avec les partenaires co-organisateurs.

Partenaires

Avec le soutien de la Ville de Questembert, de la DRAC Bretagne et de la région Bretagne.

Marcher sur la Breizh : à l'origine de ces rencontres

Nous avons participé en 2022 au Forum des Politiques culturelles en Bretagne, notamment au groupe Projet Culturel de Territoire, et nous avons le désir de poursuivre plus avant la dynamique d’interconnaissance et d’interconnexion de celles et ceux qui font les arts de la rue en Bretagne. 

Notre secteur est en perpétuelle évolution : chaque année de jeunes compagnies se créent, de nouveaux lieux de ressources voient le jour, des opportunités de diffusion apparaissent par la création de tiers lieux comme par l’intérêt nouveau de structures culturelles existantes.

À l’heure de la reprise des événements dans l’espace public, il nous paraît essentiel de poursuivre notre mission fédératrice sur notre territoire.

Nous avons encore en mémoire "Le temps des arts de la rue"  où nous avons sillonné la région, afin d’y réunir les acteurs culturels concernés et de leur présenter la profession, lors d’une étape dans chacun des départements.

Nous nous intéressons aujourd’hui aux interstices, à plusieurs égards.

Au-delà de ceux qui se revendiquent pleinement de notre mouvement, il existe une pléthore de lieux non labellisés, de structures culturelles rurales, d’initiatives citoyennes de taille intermédiaire, de petits lieux de fabrique, et de compagnies jouant occasionnellement dans l’espace public. Il y a à cet endroit, tout autant qu’à celui de nos grands rendez-vous culturels ou de nos institutions comme le CNAREP, des ressources précieuses en création comme en diffusion pour nos équipes artistiques.

De plus, dans nos départements, les grandes villes accaparent beaucoup de l’attention, tandis qu’aux frontières de deux départements, souvent en zone rurale, un véritable tissu de compétence existe qui ne demande qu’à se mettre en réseau. Gagner de l’interconnaissance à ce niveau-là, c’est aussi favoriser la dimension locale des croisements de compétences.

Ces lieux et ces territoires interstitiels sont donc ceux vers lesquels nous avons le désir d’aller aujourd’hui.