Edito de Septembre 2010 - La Fédération Nationale des Arts de la Rue

Edito de Septembre 2010

mardi 7 septembre 2010
par  lafede

Retour de tournée...

Un été chargé avec moult réunions et rencontres où la Fédé était
présente : Amiens, Sotteville, Bar le Duc, Nevers, Chalon , Morlaix et
enfin Aurillac avant celles de septembre.

Des rencontres enrichissantes en ce qui me concerne , avec, en vrac et
entre autres, le ministre de la Culture, Stéphane Fiévet (DGCA), Eléna
Dapporto (DGCA), François Le Pillouër (Syndéac) Dominique Trichet (FAI
AR), Stéphane Simonin (HLM), Isabelle Loursel (Sotteville & Groupe
d’Etudes Parlementaires pour les Arts de la Rue), Ulik (fédé Allemagne
et Falar), Mathieu Mainsonneuve (l’Usine), Didier (le Snob), Jean Marie
Songy, Patrice Papelard, Jacques Remus, Dudu, Benoît Afnaim, et nombre
de nos administrateurs/rices, nos coordinateurs/rices régionaux et
nationaux.
Plus les réunions Rue Libre & les B.O.U.M.

Des réunions RUE LIBRE, nous sortons avec un rituel collectif et commun (la manifareculons) à mettre en place de façon ludique au cours de cette journée. L’enjeu, pour cette année étant de faire passer un message mais surtout de montrer notre capacité de mobiliser, ce qui, bien sûr, pèsera dans les rencontres à venir.

Des réunions européennes qui se sont faites à Amiens, Sotteville et
Chalons (sans oublier Montegranaro, Pennabili et Spoffin Amersfoort),
nous sortons avec de belles rencontres, des idées, et des pistes solides
pour avancer avec nos copains européens.

Des rencontres en tête à tête que j’ai eu ici ou là, je sors avec des
rendez-vous de travail pour la rentrée et surtout beaucoup de questions
sur nos positionnements, nos exigences, nos besoins, que je vais avoir à
brandir dans les négociations à venir.
Questions que nous avons souvent abordées mais rarement finalisées. Et qui devront faire l’objet d’un processus de réflexions mais aussi de décisions collectives.
Un processus sur lequel il va falloir être nombreux et inventifs et que
nous allons mettre en place avec nos deux coordinateurs nationaux qui
viennent de prendre leur fonction : Sandrine & Thomas à qui je souhaite
la bienvenue parmi nous.

Je salue au passage l’initiative de la Fédé Languedoc-Roussillon qui
devrait permettre l’émergence de premiers éléments avec son colloque à
Balaruc "Cris(s) de Risque(s)".

De nos festivals d’été, de l’engouement qu’ils ont suscité, de l’énorme
fréquentation qu’ils ont attirée, je ressors en tous les cas avec la
conviction bien ancrée que les dispositifs et les moyens obtenus ces
dernières années auprès de l’Etat et des collectivités territoriales
sont encore tout à fait insuffisants au regard des enjeux sociétaux,
territoriaux, artistiques et culturels qui se pressent autour de nous et
indécents par rapport à ce qu’on attend de nous en terme de
structuration culturelle des territoires, d’accompagnement des
populations, et d’excellence artistique.
A l’heure où l’Etat veut "manager" la culture et lui donner de
l’"efficacité" c’est cette indécence que je veux clamer.

Porteur de notre parole collective, je ne pourrai le faire que si nous
sommes ensemble pour établir nos demandes, et les étayer.

Bonne rentrée

Pierre Prévost


Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur