Compte-rendu de l’A.G. du 09/10/03 au Cirque du Grand Céleste, Paris

mardi 21 octobre 2003

MATINÉE : BILAN D’ACTIVITÉS ET DÉBATS

Début des travaux à 9 H 45

LE DÉROULEMENT DE LA JOURNÉE EST PRÉSENTÉ PAR JEAN-RAYMOND JACOB, SECRÉTAIRE.

Jean Raymond rappelle la position de la fédé quant au protocole signé le 26 juin 2003 : c’est-à-dire un souhait affirmé d’une renégociation ou d’une refonte de l’accord. Refus des accords actuels. Il rappelle que notre profession, étant donnée la périodicité de son exercice, est frappée de plein fouet. Il souligne la dynamique et la réflexivité de notre secteur. Jean Raymond souhaite que nous associons autant que possible les Cies et lieux à l’établissement de nos revendications et de nos projets d’actions politiques.

LE RAPPORT MORAL 2003 INTRODUIT PAR BRUNO SCHNEBELIN, PRÉSIDENT

La Fédération, association professionnelle des arts de la rue, a été inventée de façon collective en 1997, à Aurillac, et en assemblée constitutive à Châtillon. Il était important alors de fabriquer un outil permettant de fédérer nos métiers sur le mode du partage, de l’échange, et de la rencontre ainsi que de faire émerger, exprimer et porter une parole commune s’adressant aux institutions nationales, collectivités locales et partenaires de tout ordre.

Il a fallu le temps de multiples rencontres pour dévoiler un monde commun d’imaginaire et de pratiques, pour se connaître et se reconnaître. En affirmant sans relâche que le développement du travail artistique dans l’espace public est une clé de société, la fédération favorise l’émergence d’artistes et d’œuvres qui ouvrent le regard des publics, pointent des relations sociétales, imaginent des mondes oniriques. Artistes, groupes, compagnies, festivals, programmateurs, acteurs politiques garantissent ainsi la diversité et la liberté de l’espace public.

Aujourd’hui, devenue partenaire incontournable dans le paysage culturel, la Fédération est le seul outil commun à la multiplicité des pratiques des arts de la rue.

La diversité des adhérents nous a engagés sur de multiples chantiers : le conventionnement de la Fédération ; la structuration de la Fédération en région ; les problématiques administratives, sociales et fiscales ; les liens avec les sociétés civiles dont la SACD ; les relations avec les organismes représentatifs du spectacle vivant, notamment le regroupement du 22 juillet... Il est de la responsabilité de tous que ces travaux, bousculés par la tempête culturelle de l’été, se poursuivent.

LE RAPPORT FINANCIER PRÉSENTÉ PAR ALAIN TAILLARD, TRÉSORIER

Aucun rapport n’est présenté au titre de l’exercice 2002/2003. En effet, Alain TAILLARD exprime son souhait de présenter dorénavant les comptes et exercices financiers en année civile. Cette modification est motivée par deux raisons :
- la clarification de la période d’adhésion à la Fédé, qui correspondra ainsi à l’année civile,
- l’obligation qui nous en est faite par nos financeurs.

Alain TAILLARD demande à l’Assemblée de lui donner l’autorisation de prolonger de trois mois l’exercice encours pour passer en année civile à compter du 31 décembre 2003. Alain expose ensuite à l’assemblée le projet d’une assemblée générale extraordinaire en février 2004, dans le but de toiletter les statuts de la Fédé, afin d’en éclaircir ou d’en préciser certains points, d’anticiper la possible représentation des régions, de statuer sur la durée du mandat des administrateurs.

Ces deux propositions sont adoptées à l’unanimité.

LE RAPPORT D’ACTIVITÉS DE L’ANNÉE ÉCOULÉE

L’U-FISC

Serge Calvier, vice-président, présente les travaux de L’U-fisc, regroupement rassemblant le Syndicat NFAC, la Fédurok, , le Citi Snfac (cirque), Chaînon Manquant, Fédercie, et la Fédération des arts de la rue, qui a été très actif cette année. L’U-fisc représente, pour nous, les branches ³émergentes³ du spectacle vivant, une sorte de syndicat. Il convient que la fédé reste très présente dans cette instance.

Serge rappelle le souhait de l’AG antérieure concernant la syndicalisation. Il est à noter que les événements de l’année ont retardé la naissance d’un nouveau syndicat. Le SINAVI, va toutefois naître prochainement. La question de la syndicalisation se reposera dans l’année.

LES FÉDÉRATIONS EN RÉGION

- Thérèse Toustou, membre du CA, présente la fédé Midi-Pyrénées qui a participé aux divers mouvements et s’est réunie à deux reprises. Souhait d’un travail de terrain et de nouveaux membres.
- Thierry Lorent, membre du CA, présente la fédé Ile de France et son projet rassembleur de rencontres professionnelles (programmée le 6 novembre 2003). Il annonce le changement de lieu (La maison des Métalo à la place du 104, rue d’Aubervilliers)
- Fred Michelet, vice-président, présente la fédé Languedoc-Roussillon composée de dix troupes actives qui se rencontrent à chaque fois dans un lieu différent. Souhait de rencontres conviviales en plus d’une dynamique fédérative. Projet d’un plateau tournant les 24 et 25 octobre 2003 avec l’association Eureckart regroupant une 50ne de compagnies. Projet de rencontres avec les candidats aux élections régionales.
- Alain Beauchet, membre du CA, nous informe du projet de création d’une Fédé dans la région PACA.

LA RENCONTRE AVEC BERNARD LATARJET

Bruno Schnebelin résume la rencontre qui a eu lieu le 7octobre avec Bernard Latarjet, chargé de mission par le Ministre, Jean-Jacques Aillagon, pour la mise en place d’un débat national sur le spectacle vivant. Plusieurs projets de débats sont concomitants : les rencontres de la CGT, celles du Ministère, celles de Jack Ralite (Les Etats généraux de la culture du 12 octobre 2003), celles des coordinations...)

Bernard Latarjet travaille à partir de quatre grands axes :
- L’emploi
- L’économie du secteur du spectacle vivant
- La décentralisation, le territoire
- Le service public

La fédé participera à ces débats et à ces réflexions, et y sera force de propositions.

LA FÉDÉ ET LES ACTIONS PENDANT LES FESTIVALS

Ema Drouin, vice-présidente, rappelle les actions de la Fédération durant les différents festivals à Sotteville-les-Rouen, Chalon-sur-Saône, Aurillac, et Angers.

Participation active aux actions. Réalisation et pilotage de cellules de crise. Prise de positions avec "Restons vivants" sur Chalon et Aurillac. Contribution active de la fédé à la gestion de la crise de l’intermittence. Les Arts de la rue se "sont distingués" par leur réactivité et leur inventivité.

LA FÉDÉ ET LE GROUPE DU 22 JUILLET

Fred Michelet, vice-président, retrace la participation active de la Fédération dans les regroupements et les initiatives de la fin de l’été. La fédé devient un interlocuteur important pour de nombreux organismes. Elle prend une place de plus en plus visible dans le paysage culturel et politique.

Elle fait partie du groupe du 22 juillet 2003, initié par le SYNDEAC, qui regroupe de nombreux d’organes professionnels et des syndicats tels que FO, CGT, ADAMI, SACD, SYNOLIR, FEDUROK, SACEM, SPEDIDAM, COORDINATION Ile de France. Ce groupe cherche un consensus face au protocole et aux assises/non assises. C’est la première fois que des organismes aussi divers se regroupent et échangent.

La Fédé des Arts de la Rue participe au groupe de pilotage, avec la SACD, la CGT, et le SYNDEAC.

Fred Michelet informe de l’INSCRIPTION DE LA FEDE DANS LES SOCIETES CIVILES : ce travail est plus qu’amorcé avec la SACD, l’AFDAS, et le SYNDEAC.

12 H 00 DÉBAT AVEC L’ASSEMBLEE / Quelques notes :

- Questionnement sur l’autonomie administrative des Fédés en région.
- Questionnement sur le montant des cotisations pour les individus et les structures. Souhait d’une réforme permettant une dégressivité du montant des cotisations.
- Proposition de faire entrer dans les comptes les sommes dépensées par les Cies et individus membres du bureau et du CA.. Souhait de trouver des financements pour les transports des membres du bureau.
- Question sur le "satisfecit" que se donne la fédé en travaillant avec le Syndeac et la SACD. Réponse : mieux vaut être dedans que dehors ! Le fait que la fédé soit une interlocutrice est plutôt bon signe. Avoir un conseiller Rue à la SACD, par exemple, peut générer des aides.

L’assemblée vote le rapport moral moins huit abstentions.

HORS LES MURS : STÉPHANE SIMONIN, DIRECTEUR, PRÉSENTE LE TRAVAIL EN COURS, CONCERNANT L’ÉTUDE DES COMPAGNIES SINISTRÉES PAR LA CRISE DE CET ETE.

Une étude réalisée sur plus de 1000 Cies fait le point des contrats non effectués pour grève, annulation, crise interne...

- Question à HLM (et Bernard Latarjet) : qu’en est-il des financements compensatoires ?
- L’état va-t-il donner une suite à ce rapport ? Dédommager les Cies ?
- Pourquoi rien n’est-il fait quant aux festivals et aux lieux de fabriques ?
- Les plus grands dommages concernent l’avenir. Les Troupes n’ont pas pu montrer leurs créations...
- Lourdes inquiétudes quant à la diffusion 2004 et 2005

LA COORDINATION ILE DE France

La coordination prend la parole pendant une quinzaine de minutes afin de brosser le tableau des interventions passées et futures. Des liens effectifs existent. Souhaits d’un renforcement.

LE COLLECTIF RESTONS VIVANTS

Le collectif prend la parole une quinzaine de minutes pour nous retracer les actions de cet été, auxquelles la fédé a participé partiellement. Alain Taillard rappelle que la fédé est le support juridique de "Restons vivants".

Rappel de la diversité des actions : Manif de droite, compagnonnage, occupation artistique....

La fédé reste investie au sein de "Restons vivants".

EXPOSÉ DES PROJETS DE LA FÉDÉRATION

PROJETS D’ACTIONS " POLITIQUES "

Pierre Sauvageot, membre du Conseil d’Administration, présente les projets d’actions ³politiques³ de la fédé.

En préalable, la Fédé exige une nouvelle négociation pour un nouveau régime d’assurance-chômage des artistes et techniciens. Cela reste en tête des demandes de la Fédé. Mais sur ce sujet, la Fédé rejoint l’ensemble de la profession dans sa lutte, la spécificité des Arts de la Rue est limitée à quelques sujets : un secteur spécialement touché car gravement sous-financé, et un travail regroupé sur la saison estivale qui est très sensible à la mesure concernant la date anniversaire glissante.

Mais pas de chaise vide et de politique de préalable. Au delà de cette revendication, notons que l’ambition de la fédé est de voir les Arts de la Rue considérés comme UN SECTEUR A PART ENTIÈRE, à l’instar du cirque et de la danse contemporaine, par exemple.

1/ Structuration du réseau Arts de la rue

- Obtenir un label national pour les lieux de fabrique et festivals
- De véritables saisons et de nouveaux modes de diffusion
- Accompagnement de l’émergence. Aides à la production. Aides aux premiers projets. Aides aux écritures éphémères. Aide à la scénographie.
- Aides aux formations.

2/Soutien aux compagnies

- Doublement du nombre de compagnies conventionnées / Sortir du plancher (minimum conventionnel annuel de 50 000 ?).
- Aides spécifiques à l’emploi (notamment en rapport avec la fin des emplois jeunes.
- Aides spécifiques à l’équipement pour les lieux et les Cies (titre 6 : possibilité de se doter de camions, par exemple)

3/ Assouplissement et augmentation des dispositifs d’aides à la création

- Meilleures prises en compte des formes nouvelles
- Dispositifs innovants
- Problème de l’expertise / Proposer des modes plus favorables.
- Articulation avec les politiques des collectivités territoriales

4/ Désenclavement et diversification

- Fonds interdirectionnels
- Fonds interministériels (notamment, politique de la ville)

OBJECTIF GENERAL : arriver à 15 Millions d’Euros (actuellement 6) de financement d’État.

LA SPECIFICITE DES ARTS DE LA RUE

Maud le Floch, membre du Conseil d’Administration, analyse et synthétise notre spécificité.

- Les Arts de la Rue touchent les publics oubliés
- Expérience et maîtrise de l’espace public
- Autofinancement majoritaire
- "Alter culture" / Poil à gratter / Action culturelle / Art Populaire
- Coût par spectateur est le moins cher du marché.
- Pluridisciplinaire
- Maillage du territoire. Réseau. Mobilité. Art tout terrain (4X4)
- Porteur d’un projet politique
- Lieu de précarité créative. Système D.
- Équipes et métiers solidaires (techniciens-artistes, même combat)
- Saisonnalité.

LES ACTIONS 2004 ENVISAGÉES

Thierry Lorent, membre du Conseil d’Administration, présente les actions à court terme :

- Participation de la fédé et de ses membres à la semaine d’action du 13 au 19 octobre.
- Participation aux États généraux de Jack Ralite au Zénith
- Participation de la féde et de ses membres aux journées d’action CGT SFA : 2, 16, 30 octobre.
- Participation à la manif de Droite du 15 octobre.
- Rencontre avec un groupe du Sénat.
- Rencontre avec le groupe parlementaire pour les arts de la rue le 14 octobre.

Les actions à moyen terme :

- Sur le protocole : réalisation d’un projet en utilisant les travaux de la coordination, du Syndeac et du SFA.
- Présence au grand débat national sur le spectacle vivant (ex-assise)
- Présence pour défendre la féde et les Arts de la rue autour des tables et des rencontres professionnelles diverses
- Rencontres avec les élus et les partis politiques, sur le plan national et régional.

DÉBAT AVEC L’ASSEMBLÉE /quelques notes

- -Quid de l’année des Arts de la Rue ? Réponse : nous préférons attendre que les budgets augmentent sensiblement. L’année "Arts de la Rue" peut devenir le point de départ d’une reconnaissance, pas la remplacer.
- 15 millions d’euros, n’est-ce pas irréaliste ? Réponse : nous coûtons vraiment peu ! Un doublement de nos aides si minimalistes ne coûterait pas grand-chose à l’état !
- Peter Bu note que nous avons montré que nous générons de l’économie, et du tourisme qui génère de l’économie. Question : Et si on arrêtait la fédé ? Peut-être faut-il rentrer chez nous et laisser une nouvelle "chose" se mettre en place. Réponse : Aïe ! Rentrer chez nous en pleine crise ? Comment se sont gagnés les acquis sociaux ? En se battant ! Au boulot les gars !
- Info sur une note d’intention concernant un engagement véritable du Grand Orient de France auprès des artistes menacés.

LES ÉLECTIONS

Élections des membres du conseil d’administration par liste : règle fixée, obtenir au moins 50% des suffrages exprimés,

23 membres ont été élus :

Alain Beauchet (Artonik, Marseille), Pierre Berthelot (Générik Vapeur, Marseille), Serge Calvier (Nil Admirari, Saint-Ouen-l’Aumône), Bernard Colin (Compagnie Tuchenn, Rennes), Ema Drouin (Compagnie Deuxième Groupe d’Intervention, Ivry-sur-Seine), Jean-Baptiste Duperray (Compagnie des Quidams, Bourg-en-Bresse), Anne Guiot (Association de Préfiguration de la Cité des Arts de la Rue, Marseille), Jean-Raymond Jacob (Compagnie Oposito, Noisy-le-Sec), Maud Le Floc’h (Compagnie Off, Tours), Françoise Léger (Compagnie Ilotopie, Port-Saint-Louis), Thierry Lorent (Annibal et ses éléphants, Colombe), Fred Michelet (Compagnie Internationale Alligator, Villeneuve-les-Maguelone), Claude Morizur (Le Fourneau, Brest), Julia Paglinhi (Projet 244, Tours), Luc Perrot (Le Cercle de la Litote, Sotteville-les-Rouen), Palmira Picon-Archier (S.O.A.R., région d’Annonay), Pierre Prévost (Compagnie Acidu, Montreuil), Alexandre Ribeyrolles (Compagnie la Constellation, Vigneux), Pierre Sauvageot (Lieux Publics, Marseille), Alain Taillard (Compagnie Jo Bithume, Saint-Barthélémy-d’Anjou), Marie Tognet (Délices Dada, Les Tourettes), Fred Touboul (Générik Vapeur, Marseille), Thérèse Toustou (Thérèse’n Thérèse, Tournefeuille).

Le CA élu a ensuite procédé a l’élection du Président (bulletin secret)

Trois candidats : Ema Drouin, Jean Raymond Jacob, Fred Michelet. Président élu : Jean Raymond Jacob.

Election du trésorier

Un candidat, élu à l’unanimité : Alain Taillard

Election du secrétaire (bulletin secret) :

Quatre candidats : Alain Beauchet, Claude Morizur, Pierre Prévost, Fred Michelet Secrétaire élu : Frédéric Michelet

Election des Vices Présidents (bulletin secret)
avec la règle d’obtenir au moins 12 voix chacun :

Cinq candidats : Ema Drouin, Serge Calvier, Claude Morizur, Bernard Colin, Alain Beauchet Vices Présidents élus : Ema Drouin, Claude Morizur, Bernard Colin.

Prochain CA

Le prochain CA aura lieu le 17 novembre (lieu définitif à fixer)

- Réunion de Bureau : 9 H 30
- Conseil d’Administration :12 H 30 jusqu’à 18 H. (afin d’être efficace, un ordre du jour sera préparé par le bureau)

Le new secrétaire, Fred Michelet
Textes annotés et corrigés par le bureau.

NOTE DE SYNTHESE DES SOUHAITS GENERIQUES EMIS PAR LES MEMBRES DU CA ET PAR L’ASSEMBLEE :

Donc, prochains chantiers 2003, 2004 :

AU SUJET DE L’ORGANISATION

- Réformer et améliorer certains points des statuts au cours d’une AG extraordinaire.
- Volonté de voir naître une profession de foi politique écrite diffusable (actualisation du livre blanc ?) Nota : Je vous envoie l’ancienne version dans quelques jours...
- Volonté de réfléchir et de formaliser les positions éthiques et déontologiques de la fédé et de son CA.
- Volonté d’un travail d’équipe. Le souhait d’un certain nombre de CA élargis et de certaines réunion de bureau élargies a été formulé.
- Souhait d’une plus grande réactivité des membres du CA et bureau sur internet (pas la peine de produire des laïus, une BRÈVE réponse suffit : mais elle est nécessaire pour plus d’efficacité et de démocratie.

AU SUJET DE LA COMMUNICATION

- pour augmenter les membres et les finances, Volonté de se doter rapidement de moyens de communications (plaquette, carte, documents...)
- Diffuser ces documents aux festivals et événements
- Faire des actions ou spectacles pour récolter des fonds ?
- Envoyer, dès que cela est nécessaire, infos et notes pas seulement à l’AG mais à l’ensemble des membres

AU SUJET DES FINANCES

- Volonté d’augmenter notablement les membres de la fédération en travaillant sur deux axes : les artistes, les troupes, et d’autre part le public
- Volonté de trouver des moyens financiers complémentaires (Adhésions troupes et individus : réforme des prix d’adhésion)
- Trouver d’autres sources financières.
- Rembourser les voyages des membres du bureau de Province.

AU SUJET DES ACTIONS POLITIQUES

- Volonté de rencontrer les élus et responsables en place
- Volonté d’interpeller les partis (sur le plan national et régional, voir départemental) / Préparer la reconstruction
- Volonté de participer activement au Grand Débat National Public, refus affirmé de la politique de la chaise vide.
- Volonté de continuer la pénétration engagée dans les sociétés civiles tels que AFDAS, SYNDEAC, SACD, Groupe du 22, et autres...
- Agir pour la reconnaissance des Arts de la rue comme secteur à part entière, à l’instar du cirque et de la danse
- Rencontre avec Le Grand Orient de France ? ?
- Pour le CA du 17 novembre, il serait souhaitable que chacun vienne avec ses projets, ses désirs d’actions a mener et quelques propositions de méthodes, relatifs aux axes précédents (et aux points non encore cités, auxquels vous penserez !

N’hésitez pas a envoyer vos compléments et réflexions en retour, je compléterais ce "cahier des charges".