Souvenirs de Cuers - La Fédération Nationale des Arts de la Rue

Souvenirs de Cuers

vendredi 25 avril 2008
par  lafede

Retour de Cuers

Nous étions environ 250 personnes (selon la presse) à être présents pour l’action à Cuers qui s’est déroulée de 15 h à 17 h le mercredi 23 avril 2008. Une bonne moitié était composée de professionnels.

Démarrage devant l’école (« liberté, égalité, fraternité » gravés sur le fronton), place de la Convention avec une première étape fixe au cours de laquelle les dirigeants d’Orphéon Théâtre Intérieur, Françoise Trompette et Georges Perpes ont pris la parole pour rappeler la situation. Françoise a lu un extrait d’Olivier Py sur le rôle et la place du théâtre. Thierry Lorent s’est ensuite adressé à tous sur le thème de « j’écris ton nom... ».

JPEG - 44.1 ko

Ensuite déplacement sur la place François Bernard et la place du Général de Gaulle (traversée par une nationale). Interventions artistiques multiples (lecture, danse, clown, slam...). Départ vers l’hôtel de ville en formation « manif » avec les slogans « Rue Libre, pour Cuers et pour le monde », puis « les artistes et les albatros n’aiment pas le goudron ». Couverture média, presse écrite et télé, photographes, de multiples interviews.

A 17 h, demande d’entretien avec le maire afin de lui remettre les pétitions (celle signée en ligne sur le site de la Fédé et celle signée par les habitants à la bibliothèque). Après négociations, il accepte de recevoir deux personnes : la présidente de l’asso Orphéon Théâtre Intérieur et le président de la Fédé.

Résultat de l’entretien : le maire maintient sa position, il ne retirera pas la plainte déposé contre Caroline Amoros et promet de ne pas changer les serrures de la bibliothèque. Il accepte qu’une réunion entre les divers signataires de la convention d’Orphéon Théâtre Intérieur ait lieu.

Le conseil municipal devait se tenir à 18 h 30. La situation n’était pas inscrite à l’ordre du jour.

La bibliothèque n’est plus occupée depuis hier en fin de soirée.

Je vous livre ci-dessous un souvenir de Cuers. Il s’agit d’un poème écrit pour l’occasion et chanté à deux reprises par Ypvona, jeune slammer qui s’est rendu en stop d’Aubagne à Cuers. Il a été très applaudi

C’est pas bien de faire rêver les gens

Car cela les emmêle , les rend moins compétents

La vie, c’est le réel, c’est pas un jeu d’enfant

Descends un peu du ciel, tu perds ton temps !

Toi, tu n’es pas un homme, tu n’es qu’un môme qui joue,

Crois encore aux colombes et à l’amour,

Tu lis le secret des gnomes, Peter Pan et Spirou,

Dessines des bonshommes, mets tes mains dans la boue.

Moi, je vis dans le monde des grands,

Ici, on n’est pas content,

On paye pour la bagnole, l’essence, l’appartement,

On trouve pas la vie drôle, on court après le temps.

Plus rien ne nous étonne, on trouve pas ça marrant.

C’est pas bien de faire rêver les gens

Car cela les emmêle , les rend moins compétents

La vie, c’est le réel, c’est pas un jeu d’enfant

Descends un peu du ciel, tu perds ton temps !

Te crois pas supérieur, tu ne vaux pas mieux que moi,

Tu crois plus au bonheur, si tu le rêves, c’est pour ça.

Tu répands tes couleurs sur les murs des prisons,

Mais elles gardent leur hauteur et restent du béton.

Tu peux prendre toutes tes fleurs, les foutre dans les canons,

ça fera pas moins de morts, ça fera pas moins de cons.

Alors, viens pas me faire chier avec tes solutions,

Ici, on fait pas la paix, ici, on pète les plombs.

C’est pas bien de faire rêver les gens

Car cela les emmêle , les rend moins compétents

La vie, c’est le réel, c’est pas un jeu d’enfant

Descends un peu du ciel, tu perds ton temps !

Te rends-tu compte, si on faisait tous comme toi ?

Ce serait l’anarchie, il n’y aurait plus de loi.

Que ferions-nous, s’il n’y avait pas d’Etat ?

On ne serait plus des moutons, mais on ne serait que des rats.

A quoi bon chercher une autre voie ?

Sans la sécurité, être libre, mais pourquoi ?

Tu crois peut-être que mon cœur est dans un placard,

Mais sache bien que ta tête est dans le même tiroir.

C’est pas bien de faire rêver les gens

Car cela les emmêle , les rend moins compétents

La vie, c’est le réel, c’est pas un jeu d’enfant

Descend un peu du ciel, tu perds ton temps !

Te prends pas pour Pierrot, tu habites pas sur la lune.

Ici on courbe le dos pour ramasser la tune.

Ici, il y a pas d’héro, à part celle qui nous consume,

Et ça fait longtemps que Zorro est reparti avec ses burnes.

Puis, arrête de chialer, si tu veux pas qu’on te bouffe,

Evite de respirer, économise ton souffle,

Brûle tous tes cahiers, efface tous tes poèmes,

Te fais pas remarquer, dis surtout pas que t’aimes.

Arrête de dessiner et récupère tes chaînes.

Je te conseille le boulet, il en vaut bien la peine.

Donne-moi ta liberté pour que je la foute à la benne.

Puis, arrête de brailler, et rentre dans le système.

C’est pas bien de faire rêver les gens

Car cela les emmêle, les rend moins compétents

La vie, c’est le réel, c’est pas un jeu d’enfant

Descend un peu du ciel, tu perds ton temps !

Ypnova (En vidéo)

Plus de photos sur le blog de Raphaël Helle


Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur