Réunion en Rhône-Alpes le 2 mai 2005 - La Fédération Nationale des Arts de la Rue

Réunion en Rhône-Alpes le 2 mai 2005

jeudi 2 juin 2005
par  lafede

Etat des lieux des arts de la rue en région Rhône-Alpes :
- Les équipes de création
- Les outils de création
- La diffusion
- La formation et la transmission
- L’emploi

1. Les équipes de création Arts de la Rue

La région Rhône-Alpes compte de nombreuses équipes de création, si l’on s’en réfère, d’une part au Goliath édité par Hors Les Murs, d’autre part aux informations de la DRAC, 108 compagnies y sont répertoriées.

Par ailleurs Hors les Murs recense 860 cies Arts de la rue en France dont :
- 27 % en Ile de France
- 30 % en grand sud (PACA, Languedoc Rousillon, RhôneAlpes, Midi Pyrénées)
- 12 % dans l’Ouest (Bretagne, pays de la Loire)
- 13 % sont situées en Rhône-Alpes
Rhône-Alpes serait donc, après l’Ile de France, la deuxième région en nombre d’équipes artistiques développant une activité de « créations conçues pour les espaces publics urbains ou ruraux et s’adressant aux publics qui y vivent ou qui les traversent ».

Une expertise pourrait notamment préciser les implantations de ces équipes sur le territoire régional.

2. Les outils de création dédiés aux arts de la rue en Région

Leur création nécessitant des outils spécifiques (espaces intérieurs et extérieurs / hauteur sous plafond / ateliers équipés pour la fabrication etc...), la plupart des équipes de création sont amenées à créer à l’extérieur de la Région tant les outils d’accompagnement des processus de création sont rares et / ou mal dotés.

On recense cependant de fragiles outils :

1) Des lieux gérés par les Compagnies ouverts et partagés avec d’autres compagnies selon leur projet artistique et selon leurs moyens dans tous les cas précaires

Ces outils n’existent que par la volonté des équipes qui les gèrent, leur motivation, leur besoin d’échanges et leur désir d’aider notamment les plus jeunes équipes. On identifie ainsi :

En Ardèche :
- Albedo : lieu d’hébergement et de répétition moyennant une petite location.
- Aristobulle : lieu privé pouvant être mis à disposition pour répétition et hébergement contre participation financière aux frais et représentation publique

Dans la Drôme :
- Transe Express - Kiosque à Coulisses : mise à disposition des locaux, régulièrement ou pour une résidence en échange d’une représentation publique dans le lieu.
- La Cie Les Justins propose une mutualisation de compétences et un accueil administratif (mise à disposition de la salariée pour l’administration des cies accueillies, de la licence d’entrepreneur contre participation aux frais)

Dans le Rhône :
EnCourS - KompleXKapharnaüM accueil d’artistes qui travaillent sur la relation art - ville - population. Ceux-ci sont pris en charge au niveau hébergement, déplacement et logistique. Le projet est financé par la DRAC, la Région et la Ville.

Aucun de ces lieux n’est suffisamment doté pour apporter des moyens financiers à la production des spectacles accueillis en résidence.

2) Des lieux gérés par des structures développant une activité de diffusion des arts de la rue

- 1 structure repérée en région avec mission de diffuser, accompagner par la résidence de fabrication, accompagner les publics, accompagner les projets locaux et régionaux axés sur les Arts de la Rue :
- L’APSOAR à Annonay (mise en place d’un dispositif de partenariat avec des compagnies ayant leur propre lieu pour réaliser ses missions d’accompagnement)

Structures accompagnant des projets le plus souvent liés à des événements ou festivals :
- Les Invites de Villeurbanne : dont le projet évolue sur un accompagnement élargi tout au long de l’année, s’appuyant sur son lieu de résidence (accueil des compagnies, co-production, lien entre les artistes, les populations et les créations).
- La Ville de Romans pour son Carnaval
- Bonlieu Scène Nationale d’Annecy en lien avec le festival Noctibules

D’autres structures, à vocation généraliste, peuvent ponctuellement accompagner des équipes pour des créations spécifiques dans l’espace public sans cependant constituer des outils pérennes.

3. La Diffusion

Par leur caractère « tout terrain », les compagnies arts de la rue sont ponctuellement diffusées par de nombreuses collectivités locales et associations.
Mais, en Région Rhône-alpes, peu de lieux de diffusion ont développé leurs projets soit principalement, soit partiellement, en direction des « Arts de la rue » .
On a pu recenser :

- Quelque Part la saison et Quelques p’Arts le temps fort par l’APSOAR
- Les Invites de Villeurbanne
- Les Fondus du Macadam, Thonon Les Bains, Thonon Evénements
- Les Noctibules, Scène Nationale de Bonlieu, Annecy
- Verrières en Forez, les Monts de la Balle
- Les Dindes Folles à Rivolets
- Le Carnaval de Romans
- Le CCO de Villeurbanne
- Espace d’un été à Bourg en Bresse
- La Rampe à Echirolles qui intègre chaque année du théâtre de rue dans sa programmation de saison.

Seule l’APSOAR a défini l’ensemble de son projet autour des arts de la rue, mettant en place notamment une programmation à l’année (« saison ») et sur un territoire élargi.
Seule une Scène Régionale (La Rampe) a ouvert ces dernières années un « petit volet » de son projet de saison aux arts de la Rue.
Force est de constater l’étroitesse du terrain de diffusion des arts de la rue en Région et cela d’autant plus que, comme dans de nombreuses régions, la diffusion est principalement liée à la notion de festivals réduisant le temps de cette diffusion aux périodes estivales.

4. La Formation

Un seul lieu spécifique a pu être recensé :
L’hostellerie de Pontempeyrat, implanté entre Rhône-alpes et Auvergne qui travaille notamment avec la FAI AR (Formation Avancée et Itinérante des Arts de la Rue, créée par Michel Crespin).

Les métiers liés aux arts de la rue nécessitent des savoir-faire particuliers tant du point de vue : - artistique (concept, écriture, scénographie, jeu d’acteur ...)
- que technique (implantations, voirie, sécurité ...)
- ou administratif (productions liées à des partenariats publics - services culturels de ville, festivals - d’où délais à courts termes des engagements tant en coproduction qu’en cession, gestion particulière des tournées des créations qui, dans ce secteur, d’une part restent généralement au répertoire sur plusieurs années et d’autre part ne sont programmées souvent que pour une représentation par lieux d’accueil ...).

Comme dans toutes les autres régions, les diverses structures de formation initiale ou continue présentes dans notre région n’ont encore que fort peu intégré dans leurs programmes des modules spécifiques « arts de la rue ». Par manque de connaissance ? d’intérêt ?
On note cependant que pour la première fois cette année, l’IGTS de Grenoble et la Comédie de Saint Etienne ont demandé des interventions sur les arts de la rue.
Une journée consacrée aux les Arts de la Rue a été également programmée dans le cadre du DESS de l’ARSEC.

5. L’emploi

Les arts de la rue connaissent évidemment les mêmes difficultés que celles rencontrées par tout le secteur des arts vivants.
La fragilité économique de ce secteur plus qu’ailleurs renforce le caractère précaire des emplois.

Les compagnies, même lorsqu’elles sont conventionnées, n’arrivent pas toujours à créer des postes de permanents administratifs.
La fin du dispositif des emplois jeunes a évidemment fragilisé les équipes non conventionnées dont les plus jeunes en voie de professionnalisation.

Les arts de la rue sont fondés sur la notion de troupe, de collectif de création. L’unicité quasi systématique de la représentation, la diffusion limitée aux week-end, sauf en juillet et août, et de plus à la saison festivalière motivent de garder au répertoire les créations sur plusieurs années.
Loin de pouvoir réaliser des contrats permanents aux artistes impliqués dans le projet artistique, les compagnies ont recours évidemment au CDD d’usage.

Une étude de cas en cours, menée par notre Fédération Régionale, devrait donner des indicateurs sur l’économie des arts de la rue dans notre région dont certains concerneront l’emploi.

Des conclusions aux perspectives

En France, « les lieux de fabrication » (environ 9) qui ont pu se doter d’outils et de moyens pour les Arts de la Rue se sont le plus souvent constitués à partir de festivals. En Région Rhône-Alpes, l’étroitesse du terrain de diffusion pour les Arts de la Rue dont on a parlé précédemment peut expliquer en partie le déficit à ce jour constaté des outils d’accompagnement solidement dotés.
Les artistes comblent ce déficit en montant de leur propre initiative des lieux partagés avec « trois bouts de ficelles » et un fort « capital énergie ».

Le terrain de diffusion étroit et le déficit en termes d’outils de création sont d’autant plus frappants dans notre région lorsqu’on les met en rapport avec le nombre important d’équipes de création.

Le fossé ne peut que s’agrandir sans une prise de conscience plus accrue des élus et des acteurs culturels régionaux de l’intérêt du potentiel créatif et culturel que représentent chacune des initiatives précédemment énumérées ainsi que leur capacité à s’associer autour de projets d’ampleur régionale.

La mission que se donne ici la Fédération Régionale des Arts de la rue en Rhône-Alpes est de définir et de projeter avec la Région Rhône-Alpes les PERSPECTIVES POUR UNE POLITIQUE CULTURELLE REGIONALE EN FAVEUR DES ARTS DE LA RUE qui permettent à ceux-ci d’affirmer leur existence géographique et de pouvoir, aussi sur ce territoire, développer sa capacité reconnue à créer des rencontres inédites et prolongées avec les populations.

Il s’agit pour cela :
- D’accroître les moyens de création, diffusion, production des Arts de la Rue en région,
- D’affirmer l’aide au fonctionnement des structures Arts de la Rue existantes et à venir ,
- De valoriser les Arts de la Rue et sensibiliser leurs potentiels interlocuteurs régionaux.

1. Accroître les moyens de création, diffusion, production des Arts de la Rue en région

- Développer les moyens de création et de production, et notamment les outils de travail existants, permettant l’accès à des espaces de recherche, d’écriture et d’expérimentation à des artistes qui créent pour l’espace public : Conforter le réseau existant par la labellisation des structures identifiées, consolider les lieux gérés par les compagnies

- Mettre en place des mesures incitatives auprès des structures de diffusion généralistes (Scènes Régionales, Théâtres de Ville, Scènes Nationales, CDN..) pour la diffusion des arts de la rue, via une programmation hors les murs : Apporter une aide financière aux diffuseurs pour compenser la gratuité des spectacles spécifique aux arts de la rue et pour leur permettre de s’engager dans un réel accompagnement des créations (coproductions, résidences etc..), développer des projets pilotes type artistes associés (coopération entre Scène Régionale et Equipe de création)

- Élargir le terrain de diffusion des compagnies, dans des zones géographiques dépourvues d’infrastructures culturelles permanentes et dans un rapport étroit avec la population d’accueil : Favoriser la mise en place de nouveaux espaces et de nouveaux temps de création et de diffusion (Programmations étendues et régulières dans la durée, le temps et les territoires), favoriser la mise en place de nouveaux espaces de création et de diffusion (Parc Naturels Régionaux, milieu rural, sites patrimoniaux, ...)

2. Affirmer l’aide au fonctionnement des structures des Arts de la Rue

- Aider à la création et à la pérennisation des postes permanents (administrateurs, directeurs artistiques, chargés de diffusion, ...) en définissant des grilles de financements paritaires : Etat / Région / Département / Structures

- Développer des conventionnements pluriannuels Région / Structures

3. Valoriser les Arts de la Rue et sensibiliser leurs potentiels interlocuteurs régionaux

Soutenir l’organisation de rencontres et de séminaires, espaces d’échanges et de réflexions sur les savoir-faire des Arts de la Rue en relation à l’espace public et à la population.

À l’heure où s’ouvre le Temps des Arts de la Rue, la Fédération Régionale des Arts de la Rue en Rhône-Alpes a la volonté d’établir un échange régulier avec la Région Rhône-Alpes afin de déterminer avec elle et en concertation avec les Départements et collectivités locales un processus planifié et cohérent de développement des arts de la rue en Région.


Sites favoris


11 sites référencés dans ce secteur