Rendez vous avec Sylvie Hubac - DMDTS (05/06/2001)

mardi 5 juin 2001
par  lafede

Ce rendez-vous avait pour objet de travailler sur les propositions que nous avons présentées, puis rédigées et transmises au cabinet et à la DMDTS. (Cf les propositions dans l’optique d’un doublement du budget en 2002).

Étaient présents pour la DMDTS : Sylvie Hubac, Marie Moreau-Descoings et Elena Dapporto.

Représentants pour la Fédération : Daniel Andrieu, Jean Chamaillé, Pascale Canivet.

Pour Sylvie Hubac, les priorités sont les deux premiers axes : le soutien à la création et la structuration par les lieux fixes. Elle avance quelques hypothèses qui lui semblent réalisables :

Pour la création :

- la création d’une aide à la création en centrale ajoutée à l’aide aux résidences (avec une enveloppe budgétaire supplémentaire) qui pourrait être demandée par les compagnies conventionnées (pas les compagnies qui reçoivent une aide à la production en DRAC, car il y aurait doublon),
- trois à cinq nouveaux conventionnements de compagnies, en relation avec les DRACs,
- la remise à niveau des conventionnements des compagnies qui ne bénéficient pas du minimum de 1 MF sur trois ans (soit 6 compagnies sur les 22 actuelles, dont 5 sont implantées en région parisienne),
- une campagne de sensibilisation des comités d’experts aux Arts de la Rue est à envisager,
- un accroissement des budgets de production dont elle reconnaît que les moyens sont insuffisants aujourd’hui et n’ont pas été suivis suffisamment depuis 4 ans

Pour les lieux fixes :

- le développement de dispositifs qui permettent la pérennisation des lieux fixes en créant une à deux scènes conventionnées dédiées au Arts de la Rue afin d’entraîner le réseau institutionnel à reconnaître les Arts de la Rue,
- l’établissement de conventions triennales comprenant des définitions des missions avec les collectivités locales pour les lieux de fabrique existants qui n’en disposent pas,
- éviter le saupoudrage et doter fortement quelques lieux afin de permettre la prise de risque notamment sur des projets innovants.

En ce qui concerne la diffusion :

- une quarantaine de festivals qui programment, entre autres, des spectacles de rue reçoivent aujourd’hui une aide de l’État. Il serait judicieux, d’après Sylvie Hubac, que la Fédération donne son avis sur ces festivals.
- L’ONDA sera encouragé à augmenter son travail d’incitation auprès des scènes nationales et autres en ce qui concerne la programmation des spectacles de rue.

Pour la formation :

le dispositif à mettre en place nécessite la sollicitation d’autres ministères ainsi que de faire appel aux systèmes de formation de la fonction publique territoriale. Sylvie Hubac attend des propositions précises de l’étude menée par Michel Crespin.

Questions diverses :

- La demande d’une étude sur les publics est validée. Restent à définir ses objectifs et nos besoins,
- La Fédération ne recevra pas d’argent supplémentaire en 2001. Peut-être en 2002.
- Nous sommes invités à rejoindre le groupe de travail sur "Rue de la Folie" mis en place par HorsLesMurs pour avancer sur la politique éditoriale.

Conclusions pour la Fédé :

- rappel des moyens insuffisants que reçoivent les compagnies, même lorsqu’elles sont conventionnées, surtout lorsque les équipes sont conséquentes et que les projets de création sont ambitieux (problème de la globalisation des aides au fonctionnement et des aides à la création),
- besoin que les compagnies ont de travailler à certaines créations dans un lieu de résidence principal sur la durée avec un budget conséquent pour la création sans devoir nécessairement faire le tour des lieux de fabrique avec pour seul objectif de boucler le budget de production. Un intérêt second dans ce cas de figure souhaité est de pouvoir également travailler avec un public de proximité.
- Rappel appuyé de l’insuffisance des moyens dans leur globalité et du manque de considération des formes artistiques développées pour l’espace public.

Et de façon générale, nous avons ressenti une ouverture, quoique frileuse et sans montant énoncé, ce qui n’était pas le cas lors du dernier rendez-vous qui a eu lieu fin janvier.

Conclusion de la coordinatrice : il est nécessaire de soutenir la pression car si l’état d’esprit semble évoluer, le doublement du budget que nous demandons n’est pas acquis. Des efforts seront faits en 2002, sans doute. Ils nous semblent encore bien insuffisants.


Sites favoris


13 sites référencés dans ce secteur