Rencontre Ministère de la Culture/Fédé - La Fédération Nationale des Arts de la Rue

Rencontre Ministère de la Culture/Fédé

vendredi 23 novembre 2007
par  lafede

Ce rendez-vous était le premier contact avec le nouveau cabinet du ministère de la Culture

Ce rendez-vous était le premier contact avec le nouveau cabinet du ministère de la Culture. La ministre initialement prévue est représentée par Richard Lagrange et Marie-Pierre de Surville.

Ce rendez-vous a lieu à la demande de la Fédé. Il a pour objet, en un premier temps, de présenter la Fédé et son rôle dans les arts de la rue aux nouveaux décideurs.

Par ailleurs, il est le moyen de faire le point sur l’actualité de la profession et sur ses attentes et ses besoins vis-à-vis de l’Etat.

En l’occurrence, les sujets abordés sont liés au déroulement du temps des arts de la rue lors des trois dernières années (qui n’ont pas été suivies par les interlocuteurs du cabinet) et aux perspectives de poursuite attendues par la profession.

Enfin, les représentants de la fédération énonceront le projet futur de l’association et renouvelleront la demande d’accompagnement financier de la Fédé au même niveau que les années précédentes afin qu’elle poursuive ses missions.

Thierry Lorent présente la Fédé en insistant sur sa différenciation avec un lieu de ressources et son rôle structurant notamment en termes d’aménagement du territoire. En effet, les actions menées dans le cadre de la régionalisation sont concentrées sur les relations de proximité et la sensibilisation des communes, petites et grandes, des conseils généraux et des conseils régionaux.

Il dresse ensuite un panorama du temps des arts de la rue et pointe les axes de travail à peine ébauchés tels que le soutien des lieux de fabrique et l’accompagnement des réseaux de diffusion territoriaux. Par ailleurs, les compagnies conventionnées arts de la rue sont encore en nombre trop restreint. Leur augmentation est peu significative.

Le constat de l’ouverture réduite du réseau de diffusion pluridisciplinaire aux arts de la rue est posé. Ce constat amène nos interlocuteurs à s’interroger sur le rôle de l’ONDA dans ce domaine (un bilan du TAR pour l’ONDA est en attente).

En bref, si le TAR a permis une avancée certaine du secteur en termes de dispositifs et d’outils mieux adaptés au milieu, il s’agit bien d’une démarche en cours qui n’est pas aboutie à ce jour.

La parole du ministère transite en grande partie par la bouche de Richard Lagrange qui manifeste son intérêt pour l’initiative prise par la profession avec la demande du temps des arts de la rue au ministère, et constate qu’un travail fructueux entre les services de la DMDTS concernés par notre secteur et la Fédération a permis de mieux accompagner la profession même s’il a conscience que notre secteur reste « sous-doté ». Il s’engage à ce que la dynamique développée ces dernières années continue.

La journée « Rue libre ! » est expliquée et commentée par la Fédération. La question de la poursuivre l’année prochaine est posée par Richard Lagrange sans que la Fédération se prononce définitivement à ce sujet dans l’attente du bilan de la profession. La délégation de la Fédération souligne toutefois que si la profession décidait de continuer, il serait demandé au ministère de dégager des moyens financiers plus conséquents que ceux accordés en 2007.

Richard Lagrange entend bien l’importance du rôle de la Fédération dans la structuration de la profession et demande à MMD de continuer à soutenir la Fédé (aucune somme n’est énoncée).

Dans les projets énumérés par la Fédération :
- structuration de la profession via les regroupements régionaux,
- chantiers thématiques liés à la diversité des pratiques et des esthétiques des arts de la rue notamment la danse de rue et la musique de rue,
- accompagnement de la fondation d’un réseau européen des professionnels des arts de la rue,
- sensibilisation des élus et relations avec leurs organisations...

Richard Lagrange retient essentiellement l’importance du travail territorial et de la dimension européenne (rappelons que la France aura la présidence de l’Union européenne mi 2008).

Il rappelle également que l’excellence artistique est un but à poursuivre.

La Fédération ajoute que la qualité artistique est en étroite relation avec les outils mis en place et les moyens dégagés pour l’accompagnement financier, technique et administratif des équipes artistiques. Dans ce cadre, la baisse des budgets pour le spectacle vivant dans les DRACs est une préoccupation pour notre secteur qui ne comprendrait pas que les moyens dégagés dans le cadre du Temps des arts de la rue soient diminués en 2008.

Enfin, l’essentiel des propos du cabinet est axé sur les contraintes budgétaires, sur la nécessité de restreindre la dette publique, sur la difficulté de tenir les lignes de financement prévues en raison de la déconcentration des crédits.

A l’issue du rendez-vous nous pouvons supposer que Richard Lagrange a entendu nos arguments et qu’il est conscient de l’enjeu que représente la poursuite des mêmes financements pour les arts de la rue en 2008. Ce qui signifie qu’une consigne très précise devrait être adressée par la ministre aux DRACs afin que ceux-ci « préservent » le budget arts de la rue en 2008 (à l’identique de 2007).

Richard Lagrange s’engage à œuvrer dans ce sens.

Fin de la séance.

Nous prévoyons de nous revoir à l’occasion de la rencontre organisée en Midi-Pyrénées les 15 et 16 novembre qui sera l’occasion pour le ministère d’énoncer ses intentions pour notre secteur à la profession.

Etaient présents :
Pour le ministère : Richard Lagrange, conseiller à la création et à l’action territoriale - Marie-Pierre de Surville, conseillère technique chargée du spectacle vivant - Marie Moreau-Descoings, inspectrice à la DMDTS pour les arts de la rue.
Pour la Fédé : Thierry Lorent, Président - Daniel Andrieu, vice-président - Serge Calvier, vice-président - Pascale Canivet, coordinatrice


Sites favoris


13 sites référencés dans ce secteur