Rapport d'activités 2003 - La Fédération Nationale des Arts de la Rue

Rapport d’activités 2003

mercredi 28 juillet 2004
par  lafede

Les activités de la Fédération en 2003 ont été bouleversées par la crise de l’intermittence qui a démarré le 26 juin 2003. A partir de cette date, l’ensemble des travaux s’est concentré sur le dialogue social et le soutien aux revendications des métiers du spectacle vivant et de l’audiovisuel gravement atteints par la réforme du régime de l’intermittence. Cependant, Bruno Schnebelin, président de la Fédération, rappelle que les travaux visant au développement de notre secteur se doivent d’être poursuivis, dans le maintien d’un dialogue avec le ministère de la culture.

Le rapport moral 2003 introduit par bruno schnebelin, président

« La Fédération, association professionnelle des arts de la rue, a été inventée de façon collective en 1997, à Aurillac, et en assemblée constitutive à Châtillon. Il était important alors de fabriquer un outil permettant de fédérer nos métiers sur le mode du partage, de l’échange, et de la rencontre ainsi que de faire émerger, exprimer et porter une parole commune s’adressant aux institutions nationales, collectivités locales et partenaires de tout ordre.

Il a fallu le temps de multiples rencontres pour dévoiler un monde commun d’imaginaire et de pratiques, pour se connaître et se reconnaître.

En affirmant sans relâche que le développement du travail artistique dans l’espace public est une clé de société, la fédération favorise l’émergence d’artistes et d’œuvres qui ouvrent le regard des publics, pointent des relations sociétales, imaginent des mondes oniriques. Artistes, groupes, compagnies, festivals, programmateurs, acteurs politiques garantissent ainsi la diversité et la liberté de l’espace public.

Aujourd’hui, devenue partenaire incontournable dans le paysage culturel, la Fédération est le seul outil commun à la multiplicité des pratiques des arts de la rue.
La diversité des adhérents nous a engagés sur de multiples chantiers : le conventionnement de la Fédération ; la structuration de la Fédération en région ; les problématiques administratives, sociales et fiscales ; les liens avec les sociétés civiles dont la SACD ; les relations avec les organismes représentatifs du spectacle vivant, notamment le regroupement du 22 juillet... Il est de la responsabilité de tous que ces travaux, bousculés par la tempête culturelle de l’été, se poursuivent. »

Signature d’une convention triannuelle avec la dmdts
La fédé a signé une convention triannuelle avec la DMDTS. Cette convention démarre en 2003, et se poursuit jusqu’en 2005, pour un montant annuel de 45 000 ¤ sur la base des missions actuelles de la Fédé.

Les travaux au sein de l’u-fisc
L’U-fisc, regroupement rassemblant le Syndicat NFAC, la Fédurok, , le Citi et la Fédération des arts de la rue a été très actif cette année. L’U-fisc représente, pour nous, les branches “émergentes“ du spectacle vivant, une sorte de syndicat. Il convient que la fédé reste très présente dans cette instance.

Il est à noter que les événements de l’année ont retardé la naissance de la syndicalisation de l’UFISC. Toutefois, cette organisation a joué un rôle déterminant dans les rapprochements nécessaires entre l’ensemble des organisation professionnelles ayant trait au spectacle vivant. Les travaux avancés au sein de l’u-Fisc ont permis aux organisations présentes de travailler, de façon opérationnelle, à la rédaction des documents et à la préparation des réunions inter-organisationnelles programmées en réponse à la crise sans précédent que la signature du protocole d’accord du 26 juin 2003 a générée.

Les fédérations en région

- La fédé Midi-Pyrénées a participé aux divers mouvements sociaux et s’est réunie à deux reprises. Elle développe un travail de terrain et sollicite de nouveaux membres.
- La fédé Ile de France a été mobilisée par son projet rassembleur de rencontres professionnelles (programmée le 6 novembre 2003). Le bilan global de l’opération est positif. D’autres actions seront poursuivies en 2004.
- La fédé Languedoc-Roussillon est composée de dix troupes actives qui se rencontrent à chaque fois dans un lieu différent dans la région. Ces rencontres conviviales donnent lieu à une dynamique fédérative. Un plateau tournant s’est déroulé les 24 et 25 octobre 2003 avec l’association Eureckart regroupant une 50ne de compagnies. Des rencontres avec les candidats aux élections régionales sont programmées.
- Le projet de création d’une Fédé dans la région PACA est en réflexion. Le manque de disponibilité des équipes qui la portent ainsi que l’urgence de faire face à la crise retarde sa réalisation formelle.

La rencontre avec bernard latarjet et les débats liés à la crise
Une rencontre a eu lieu le 7octobre avec Bernard Latarjet, chargé de mission par le Ministre, Jean-Jacques Aillagon, pour la mise en place d’un débat national sur le spectacle vivant. Plusieurs projets de débats sont concomitants : les rencontres de la CGT, celles du Ministère, celles de Jack Ralite (Les Etats généraux de la culture du 12 octobre 2003), celles des coordinations...)

Bernard Latarjet travaille à partir de quatre grands axes :
- L’emploi
- L’économie du secteur du spectacle vivant
- La décentralisation, le territoire
- Le service public.

La fédé participe à l’ensemble de ces débats et de ces réflexions en tant que force de propositions.

La fédé et les actions pendant les festivals
Les actions de la Fédération durant les différents festivals à Sotteville-lès-Rouen, Chalon-sur-Saône, Aurillac, et Angers ont été multiples.
La Fédé a également participé aux rencontres des intermittents tout au long de l’été. Les actions propres à la Fédé ont pris la forme de la constitution et du pilotage de cellules de crise mises en œuvre de juin à septembre. La fédération a pris position en faveur de " Restons vivants " sur Chalon et Aurillac. Elle a également contribué à la gestion quotidienne de la crise de l’intermittence.
Il est à noter que les Arts de la rue se « sont distingués » ainsi par leur réactivité et leur inventivité.

La fédé et le groupe du 22 juillet
La fédé devient un interlocuteur important pour de nombreux organismes. Elle prend une place de plus en plus visible dans le paysage culturel et politique.
Elle fait partie du groupe du 22 juillet 2003, initié par le SYNDEAC, qui regroupe de nombreux organes professionnels et des syndicats tels que FO, CGT, ADAMI, SACD, SYNOLIR, FEDUROK, SACEM, SPEDIDAM, COORDINATION Ile de France. Ce groupe cherche un consensus face au protocole et aux assises/non assises. C’est la première fois que des organismes aussi divers se regroupent et échangent.
La Fédé des Arts de la Rue participe au groupe de pilotage, avec la SACD, la CGT, et le SYNDEAC.

L’inscription de la fede dans les societes civiles
Ce travail est amorcé avec la SACD, l’AFDAS, et le SYNDEAC.

L’année des arts de la rue
La Fédé a demandé au ministre de monter une opération d’ambition nationale type « année des arts de la rue ». Cette demande argumentée a été faite le 24 avril. En raison de la crise de l’intermittence, elle a été mise en sommeil pendant l’été. Elle est relancée par la profession depuis fin septembre. Le bureau de la fédé poursuivra ce projet en 2004.

Des axes de réflexion sont à mettre à l’ordre du jour en 2004
- Questionnement sur l’autonomie administrative des Fédés en région.
- Questionnement sur le montant des cotisations pour les individus et les structures. Souhait d’une réforme permettant une dégressivité du montant des cotisations.
- Proposition de faire entrer dans les comptes les sommes dépensées par les Cies et individus membres du bureau et du CA.. Souhait de trouver des financements pour les transports des membres du bureau.