Pour la création d’un Ministère de la culture...

 juin 2001
par  lafede

Comme nous l’avions annoncé, la Fédération coordonne une série d’actions sur les festivals de Sotteville-lès-Rouen, d’Annonay, de Chalon sur Saône, de Morlaix, d’Aurillac, d’Angers, de Cognac, de Ramonville, de Lille et de Châtillon.

Un rassemblement le 16 juin à Saint-Gaudens a inauguré l’ensemble de ces actions qui visent à interpeller le Ministère de la Culture sur les mesures à mettre en place afin de soutenir le développement des Arts de la Rue.

Quatre axes de développement ont été identifiés comme prioritaires. L’ensemble de ces propositions nécessite un doublement de la somme actuellement consacrée aux Arts de la Rue pour 2002.

1) Le soutien de la création, soit :

Conventionnement des compagnies :
- régulariser les conventionnements actuels des compagnies,
- augmenter le soutien des compagnies ayant une reconnaissance nationale et internationale,
- augmenter le nombre de compagnies conventionnées en ajoutant des jeunes compagnies.

Aides à la création et à la production :
- augmenter les aides à la création, à la production… au Ministère et dans les D.R.A.C..
- redéfinir les critères d’éligibilité de la Commission Nationale.

2) La structuration du secteur par des lieux fixes, soit :

- favoriser la constitution d’un réseau de lieux de fabrique de dimension nationale.
- soutenir les lieux de compagnies qui accueillent d’autres équipes en résidence.
- s’engager financièrement dans les lieux d’implantation des compagnies dont les projets sont en cours.

3) La diffusion des œuvres, soit :

- participer au financement des festivals des Arts de la Rue de qualité ; les festivals correspondant au seul mode significatif de circulation des œuvres.
- augmenter l’enveloppe budgétaire attribuée à l’O.N.D.A. pour les arts de la rue.

4) La mise en place d’un dispositif de formation initiale et professionnelle spécifique, soit :

- dégager un budget au Ministère afin de soutenir des actions de formation spécifiques,
- donner les moyens nécessaires à la création d’un dispositif de formation global identifié comme spécifique aux Arts de la Rue.

A ces axes,s’ajoutent trois demandes :
- la ré-introduction d’une mission de promotion pour HorsLesMurs et la mise en place d’une politique éditoriale pérenne répondant aux besoins de la profession,
- la commande d’une étude sur le public des arts de la rue au D.E.P.,
- le soutien accru de la Fédération


Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur