Nouvelle direction à HLM, nouvelles relations avec la Fédération des arts de la rue : continuité ou changement ?

jeudi 27 mars 2003
par  lafede

Jean-Luc Baillet, directeur historique d’HLM vient de quitter le navire pour s’embarquer sur un cargo. Stéphane Simonin, précédemment chargé de mission dans la même structure, se retrouve à la barre. Va t’il parvenir à changer de cap, sachant que les efforts de l’équipage doivent se concentrer sur l’urgence du moment : colmater les brèches d’un déficit conséquent annoncé en 2003 ? Il est pourtant tout aussi urgent de mettre en place des actions visibles pour les arts de la rue, ceux-ci ayant été délaissés les deux dernières années.

La profession reste attentive aux décisions qui seront prises dans l’immédiat. En effet, les besoins sont nombreux, les attentes dans la même mesure. HLM reste un des deux outils les mieux dotés pour servir les arts de la rue, aussi son rôle dans le paysage des arts de la rue doit-il être à la dimension des fonds publics qui lui sont confiés.

Les ressources pour les arts de la rue sont éparses, disséminées sur des points d’appui tels que les lieux de création, les lieux de fabrique, les équipes initiatrices de formation. Auxquels s’ajoute, bien évidemment, le centre de documentation d’HLM. HLM doit être porteur d’une dynamique de structuration de ces ressources.

Les arts de la rue représentent un secteur en cours de développement, en lien avec de nombreux autres secteurs d’activité artistiques et autres (urbanisme, architecture, aménagement du territoire…). HLM doit participer activement à la valorisation de notre secteur par le biais de tous les outils appropriés : campagne de relations publiques, collaboration avec l’ensemble des centres de ressources consacrés au spectacle vivant…

Les arts de la rue développent des pratiques artistiques, diversifiées, transdisciplinaires, innovantes. Ephémères par nature, ces pratiques sont à considérer comme un patrimoine à constituer, notamment par souci de transmission. HLM, structure investie d’une mission de service public, doit enclencher un vaste chantier pour la lisibilité et la conservation de ce patrimoine vivant.

Enfin, HLM reste la seule structure ayant la capacité et les moyens d’établir des bases de données spécifiques à notre secteur. Ces bases de données, nous les souhaitons territoriales, nationales et internationales. Nous les désirons accessibles rapidement (via le net), fiables (taux d’erreur réduit) et pertinentes (informations qualifiées).

En effet, les attentes et les besoins sont nombreux. Nous sommes persuadés que leur prise en compte passe par la construction d’une relation de confiance entre HLM et la profession. La Fédération s’emploie déjà à poser les bases de cette relation jusqu’ici fluctuante.

Et nous commençons par souhaiter bon vent au nouveau capitaine et à l’équipage d’HLM !

En décembre dernier, un groupe de travail au sein de la Fédération a rédigé un texte de préconisations pour l’évolution d’HLM à l’occasion de l’appel à candidature pour la succession de J.L. Baillet. Il est consultable sur le site de la Fédé - rubrique « centres de ressources ».


Navigation

Articles de la rubrique

Sites favoris


13 sites référencés dans ce secteur