Lettre ouverte des professionnels du spectacle aux élus du Finistère

vendredi 17 octobre 2003
par  lafede

St Nic, le 16 octobre 2003

Madame, Monsieur,

Les artistes, techniciens du Finistère et les responsables de structures culturelles vous interpellent.

Ces derniers mois ont été marqués par une importante mobilisation touchant particulièrement le domaine du spectacle vivant de ce pays.

La réforme en juin 2003 du régime particulier d’indemnisation du chômage des artistes et techniciens professionnels du spectacle vivant et de l’audiovisuel, a soulevé une émotion considérable.
Nombre d’artistes ont dû faire face à des choix douloureux et contradictoires jusqu’à mettre en péril leur raison d’être. Il leur a fallu s’expliquer. Nombre de spectateurs ont alors pu prendre conscience de la réalité de ces métiers et des enjeux d’une telle réforme.
L’annulation de certains festivals et les perturbations de nombreux rendez-vous culturels estivaux ont aussi révélé le poids économique et social de ces activités.

La renégociation de ce protocole d’accord est de première urgence !
Son application, fixée au 1er janvier 2004, aboutira à court terme à rayer du cadre de l’intermittence des milliers de personnes, les condamnant ainsi à une plus grande précarité sociale.
Outre le coût humain désastreux qu’elle engendrera, cette réforme vient s’ajouter à d’autres décisions politiques récentes qui remettent en cause la place de l’art et le statut de l’artiste dans notre société.
Si la France garde une place singulière dans le concert des nations, c’est par un régime unique de protection sociale des artistes et techniciens qui contribue à préserver la diversité des genres et des pensées. Le temps visible de la représentation publique est indissociable du temps de la réflexion, de la conception, de la formation, tous ces temps " invisibles " qui garantissent le renouvellement et la diversité des projets, et que dénie le nouveau protocole.

Notre région, notre département, nos communes sont directement concernés par les conséquences du nouveau dispositif. Il en va de la qualité de vie de leurs concitoyens. La décentralisation doit être l’occasion d’une redéfinition d’un vrai projet politique de rééquilibrage des politiques culturelles nationales en prenant en compte leur coût réel. Ce nouveau partage des compétences doit se réaliser en concertation avec tous les acteurs de la vie culturelle.
Il est indispensable d’engager une profonde réflexion sur les modes de financement, de production et de diffusion des formes artistiques, sur les conditions d’exercice des métiers du spectacle. Ce sera un enjeu politique majeur des prochaines échéances électorales.
Mais ce débat national, que chacun appelle de ses vœux, ne pourra pas avoir lieu sans la renégociation du protocole du 26 juin 2003, sur la base des travaux déjà effectués par les professionnels concernés.

Les signataires de cet appel vous demandent de prendre position publiquement, à leurs côtés, contre l’application de cet accord, afin d’obtenir sa renégociation immédiate.

Cette lettre ouverte émane :
- du SYNDEAC (Syndicat national des entreprises artistiques et culturelles),
- de l’UBSAC-CGT, (Union de Bretagne des Syndicats du Spectacle, de l’Audiovisuel et de l’Action Culturelle),
- du CISIF (Comité Indépendant et Solidaire des Intermittents du Finistère),
- de La Fédération - association professionnelle des Arts de la rue,
- de La Fédurok (fédération de lieux de musiques amplifiées/actuelles),

Elle est signée
- d’artistes et techniciens autonomes,
- de compagnies finistériennes
- de responsables de structures culturelles finistériennes conventionnées parmi lesquels au 15 octobre 2003 :
Jacques Blanc, Directeur du Quartz, Scène nationale de Brest, Michèle Bosseur et Claude Morizur, co-Directeurs du Fourneau, Scène conventionnée arts de la rue, Jakez L’Haridon, Directeur du Run Ar Puns, Chateaulin, Philippe Coquillaud, Délégué Général du Festival Européen du Film Court, René Peilloux, Directeur du Théâtre du Pays de Morlaix, Bernard Lotti, Directeur du Théâtre de L’Instant, Madelaine Louarn, Directrice du Théâtre de l’Entresort, Jean Jacques Gire, Directeur du Centre Culturel de Rosporden, Christophe Dagorne, Les Polarités, Quimper, Charlie Windelschmidt, Directeur de la compagnie Dérézo, Yann Rivoal, Directeur du festival Les Vieilles Charrues, Catherine Bihan, Productrice Daktari Music, Jacques Abalain, Producteur Diogène Productions, Jean Yves Le Moigne, Président Penn Ar Jazz, Brest.

Merci de communiquer réponses écrites et copies de vos différentes démarches à :
Coordination Pointe Bretagne,
Run ar Puns, route de Pleyben,
29150 CHATEAULIN
pointe.bretagne@laposte.net

Plus d’infos sur le site Intermittence Pointe Bretagne


Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur