Lettre à l'attention des élus au sujet des appels d'offres - La Fédération Nationale des Arts de la Rue

Lettre à l’attention des élus au sujet des appels d’offres

Par la Fédération des Pays de la Loire
vendredi 14 janvier 2011
par  lafede

Mesdames, messieurs les élus des collectivités territoriales,

La Fédération des Arts de la rue des Pays de Loire, association qui regroupe des artistes, techniciens, programmateurs et l’ensemble des acteurs travaillant en espace public sur le territoire de la région Pays de la Loire, a pour but de faire circuler des idées, de promouvoir et de défendre une éthique et des intérêts communs, de prendre position dans des domaines se référant au spectacle vivant et en particulier aux Arts de la Rue, notamment en ce qu’ils sont concernés par la définition des politiques culturelles, par l’aménagement du territoire et la pratique artistique dans l’espace public.

Depuis quelque temps nous sommes inquiets du recours de plus en plus fréquent à l’appel d’offre pour le secteur culturel et artistique.

Il nous arrive de plus en plus souvent d’être face à des « avis d’appel public à concurrence » lancés par des villes ou des collectivités territoriales, ayant pour objet le « recensement d’organisateurs ou de producteurs de spectacles ou de manifestations musicales, tournée et animation DJ ».
Ou encore des avis de marché avec la demande par « lot de spectacles ou la confections de ballotins de chocolat »…
Ces exemples d’appel d’offre sont révélateurs d’un amalgame égalitaire qui dessert l’art et la culture, de dérives dangereuses auxquelles nous nous opposons.

En tant que Fédération des Arts de la rue en Pays de Loire :

- Nous refusons de pratiquer « l’offre économique la plus avantageuse » pour pouvoir répondre aux appels d’offre qui appliquent les lois de la concurrence et les prix de marché aux créations de l’esprit et qui nous obligent à appliquer le smic salarial pour pouvoir y répondre.
- Nous savons la différence entre une manifestation festive, artistique et populaire et une manifestation commerciale ou publicitaire.
- Nous réaffirmons qu’un spectacle vivant n’est pas un produit, il génère un profit certes, mais insaisissable et non quantifiable, néanmoins fondamental.
- Nous croyons que la façon dont il est programmé, le cadre dans lequel il est présenté, participent aussi à la qualité de sa jouissance et augmentent sa valeur.
- Nous sommes nombreux à mener une réflexion et à pratiquer une résistance pour remettre l’humain et la beauté au centre des relations économiques des disciplines artistiques, contrairement au « tout rentable », au « tout quantifiable », au « tout a un prix ».
- Nous savons que la loi n’oblige pas le recours systématique à l’appel d’offre pour nos pratiques. En effet, les marchés publics portant sur des services culturels peuvent être passés selon une procédure adaptée, et ce quel que soit leur montant (art.28 & 30 du Code des Marchés Publics). Ils peuvent aussi être confiés à un seul opérateur pour des raisons artistiques en passant par une procédure négociée (art. 35 II du CMP).

Répondre à un appel d’offre demande un temps de travail long et une organisation coûteuse. Nous ne voulons pas que les compagnies passent leur temps à postuler, à attendre une réponse, à jouer avec leur futur en attendant « un coup de chance », en tentant de deviner « la bonne stratégie de marché ».
De plus, le recours aux appels d’offre favorise les structures commerciales, les sociétés d’événementiel, au détriment des associations artistiques qui créent l’événement.

Si, pour une volonté quelconque, par choix politique et d’organisation interne, ou par désir de connaître et de sélectionner sur plusieurs propositions, vous êtes amenés à mettre en place des dispositifs d’appel d’offre, n’oubliez pas que vous faites appel à des œuvres de l’esprit qui naissent de réflexions qui sont à la base de l’être humain, qui interrogent la nature humaine et qui font appel à tout le savoir insaisissable de l’homme et pas seulement au savoir-faire professionnel des artistes.

Il nous paraît indispensable d’inventer ensemble les contenus artistiques, de favoriser le débat sur les questions concernant l’art et les territoires, questions qui sont constitutives des Arts de la Rue.

Mesdames, messieurs les élus des collectivités territoriales, nous vous invitons à rencontrer vos interlocuteurs pour discuter de leurs projets, à rester accompagnés par d’autres artistes ou personnes qui peuvent évaluer à partir d’autres points de vue que celui strictement économique.
Il ne s’agit pas de faire les courses en remplissant le frigo, mais de choisir les ingrédients pour alimenter l’esprit...

Nous souhaiterions connaître votre avis, merci de nous faire part de vos remarques. Une rencontre publique sera organisée au cours du printemps pour débattre de ce sujet avec les personnes et organismes intéressés.

Nous vous prions d’agréer, Mesdames, messieurs les élus des collectivités territoriales, l’expression de notre parfaite considération.

La Fédération Régionale des Arts de la Rue en Pays de la Loire


Sites favoris


11 sites référencés dans ce secteur