Edito de Mai 2010

samedi 1er mai 2010

Le 6 Mai nous nous tiendrons, à travers et avec l’UFISC, aux cotés du Syndéac, de la CGT spectacles, des associations d’éducation populaire et sportive et d’autres organismes, pour une journée Nationale d’action pour défendre l’art et la culture en notre beau bien qu’amoché pays.

Les points principaux de notre contestation porteront sur

  1. La réforme des collectivités territoriales pour laquelle nous demandons le maintien de la compétence générale, une vraie garantie de compétence culturelle pour les collectivités locales, les départements, les régions avec les moyens budgétaires afférents.
  2. La Révision générale des politiques publiques dont nous avons tout à craindre dans notre secteur
  3. Le ministère des Finances dont nous contestons les restrictions budgétaires prévues en matière de culture, si dérisoires en rapport au budget de l’état, tout en demandant une vraie politique publique en faveur de l’emploi artistique, et la pérennisation du régime spécifique d’assurance chômage des artistes et techniciens du spectacle.
  4. Le Conseil de la création artistique, dont nous demandons la dissolution.

Dans ce beau combat unanimiste qui se mène, inutile de dire que la tentation est grande pour les grands généraux qui la dirigent de nous considérer comme simple piétaille.
Inutile de dire aussi que, pour contester les réformes prévues par le gouvernement, nous ne donnons pas quitus, loin de là, à la façon dont furent menées les politiques culturelles ces trente dernières années, ni aux budgets qu’elles ont distribués, ni aux réseaux et baronnies qu’elles ont générés ou encouragés. Notre regard et nos attentes sont différents.
Nous sommes différents.
Et les secteurs d’activités représentés avec nous dans l’UFISC aussi.

Marquer sa différence sans se démarquer de la lutte est délicat.
Ce pourquoi vous constaterez qu’à l’heure actuelle, l’UFISC et la Fédération des Arts de la Rue à travers elle, n’ont pas signé l’appel du Syndéac.
Parce qu’il n’a pas respecté un certain nombre de procédures collectives démocratiques, parce qu’il ne s’est pas inquiété de ce que nous pouvions en penser ni de notre regard là-dessus.
Du coup, une autre déclaration est en préparation de notre côté. Vous en recevrez très prochainement le contenu.

Ce qui ne nous empêchera pas d’être présents, nombreux, et actifs ce jour là.
J’espère en tous cas...

Taïaut et tagada !

Pierre


Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur