Contribution de la Fédurok (lieux de musiques actuelles) et de la FSJ (scènes de jazz) à l'Art est Public ! - La Fédération Nationale des Arts de la Rue

Contribution de la Fédurok (lieux de musiques actuelles) et de la FSJ (scènes de jazz) à l’Art est Public !

vendredi 28 octobre 2011

Contribution de la Fédurok et de la FSJ à la plateforme "L’Art est Public"

  • Pour des politiques territoriales concertées et co-construites
  • Pour des politiques publiques réinventées, les lieux de Musiques Actuelles proposent une approche territorialisée, concertée et co-construite.

Les Musiques Actuelles bénéficient d’un engouement confirmé des populations (concerts, pratiques amateurs) dans un contexte de fortes évolutions à l’ère du numérique (outils informatique de création, enregistrement, diffusion, et de communication) et de mutation de sa filière (chute du disque, phénomène de concentration économique),

Dans ce contexte et afin de répondre par la construction d’un intérêt général fondé sur les Droits Culturels et pas la seule régulation du marché concurrentiel et spéculatif, il est nécessaire aujourd’hui d’inscrire le développement des activités artistiques et culturelles dans les principes de développement durable, caractérisés par une économie sociale et solidaire, et des démarches territoriales concertées.

De nombreux principes pour des politiques territoriales concertées et co-construites sont présents dans la circulaire SOLIMA du 31 août 2010 (Schéma d’Orientation pour le Développement des Lieux de Musiques Actuelles) :

"Le Schéma d’Orientation pour le Développement des Lieux de Musiques Actuelles (SOLIMA) résulte d’un processus de concertation portant spécifiquement sur les lieux de musiques actuelles, (MA), entre l’Etat, les collectivités et les acteurs. Il a pour objectif de dégager des perspectives pour l’ensemble des lieux de MA sur un territoire.

"Le SOLIMA est élaboré en référence au « Plan pour des politiques nationales et territoriales concertées en faveur des musiques actuelles ».

"Ce « Plan » est en effet une base de texte méthodologique d’appui qui définit un cadre renouvelé de l’intervention publique dans le domaine des musiques actuelles. Il préconise notamment la mise en place de processus de concertations permanentes tant au niveau national que territorial, entre l’Etat, les collectivités territoriales et les acteurs des MA.

[…]

"Cette organisation/structure, dont l’action est identifiée par l’Etat, les collectivités territoriales et les organisations d’acteurs, accepte de participer à la co-construction d’une dynamique territoriale qui réponde aux exigences du développement des musiques actuelles, et qui tienne compte de l’évolution des pratiques artistiques, des modalités d’apprentissage, d’enseignement et de formation, […] l’éducation artistique et l’action culturelle."

La méthodologie proposée est transposable à toute discipline artistique et culturelle. Dans une approche de filière, il s’agit de réunir l’ensemble des acteurs d’un territoire cohérent (agglomération, bassin de vie, voire département), afin de "garantir la diversité des œuvres et des initiatives" sur les plans artistiques, social, culturel et économique et "d’assurer un développement territorial cohérent et équitable".

Pour définir des politiques publiques en matière de MA, le « Plan pour des politiques nationales et territoriales concertées en faveur des musiques actuelles » prévoit de "créer les cadres et les outils d’une co-construction, concertée et tripartite, entre l’Etat, les collectivités territoriales et les acteurs professionnels". Il s’agit de créer des "Concertations Territoriales qui ont pour objectif spécifique de définir les cadres des politiques territoriales, de façon concertée. Pour répondre à cet objectif, les Concertations territoriales pour les musiques actuelles ont notamment pour mission de :

    • rassembler l’ensemble des acteurs et des organisations du secteur des musiques actuelles au plan territorial, des réseaux d’élus territoriaux et des services déconcentrés de l’Etat ;
    • structurer un espace d’analyse et de définition des cadres d’exercice des politiques publiques en construisant un diagnostic contradictoire, pour une meilleure compréhension du secteur pour les décideurs politiques ;
    • élaborer des outils opérationnels comme les Schémas territoriaux de développement des musiques actuelles, comprenant une série d’orientations en faveur des musiques actuelles adaptées aux territoires concernés ;
    • suivre et évaluer leur mise en œuvre. Dès leur conception, cette élaboration et cette mise en œuvre pourront bénéficier d’un suivi et d’un accompagnement méthodologique de la part du Conseil Supérieur."

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur