Compte-rendu du Ca du 12 avril 2007 - La Fédération Nationale des Arts de la Rue

Compte-rendu du Ca du 12 avril 2007

lundi 21 mai 2007
par  lafede

Le Moulin Fondu - Noisy-le-Sec

Présents :

Administrateurs : Daniel Andrieu, Alain Beauchet, Paco Bialek, Michèle Bosseur, Serge Calvier, Jean-Raymond Jacob, Claire Lacroix, Loredana Lanciano, Françoise Léger, Thierry Lorent, Philippe Macret, Luc Perrot, Pierre Prévost, Thérèse Toustou.

Coordination : Pascale Canivet, Catherine Nasser, Maud Robert, Nolwenn Semana

Excusés : Stephan Bonnard, Pierre Dolivet, Daniel Domingo, Patrick Dordoigne, Pascal Dores, Ema Drouin, Mark Etc, Maud Le Floc’h, Palmira Picon-Archier, Pierre Sauvageot.

Ordre du jour :

- les documents présentés à l’AG : le discours du Président, le rapport financier, le rapport d’activités.

- les questions sociales : emploi de la déléguée, résultat de l’étude de bilan et préconisations faites par Catherine Nasser.

- le Temps des arts de la rue, la journée du 27 octobre et la communication sur cette journée.

- les rencontres fédés pendant la période estivale.

Points divers :

Communication de Luc Perrot,
Evolution des ressources humaines à la Fédé.

1 Documents présentés à l’AG

Jean-Raymond Jacob lit le discours qu’il fera à l’Assemblée générale et déclare qu’il ne se présentera ni à la Présidence de la Fédé, ni au Conseil d’Administration. Il continuera à suivre le chantier du 27 octobre avec le nouveau président.

Le rapport financier est commenté par Michèle Bosseur qui exprime la justesse du budget de la Fédé et pointe le fait que le montant de la subvention de la Fédé en 2008 (90 000 euros) sera à négocier âprement car il est actuellement augmenté par des mesures nouvelles dont la reconduction n’est pas assurée à l’issue du temps des arts de la rue. Le rapport financier est approuvé par les participants.

Le rapport d’activité est lu par Pierre Prévost et Loradana Lanciano. Il est approuvé à l’unanimité. Luc Perrot remarque que sa présentation à l’assemblée générale nécessitera des compléments qui seront exprimés verbalement, notamment sous forme d’exemples des mesures dégagées en 2006.

2 Les questions sociales

Le débat est concentré sur la mission réalisée par Catherine Nasser en février et mars 2007 qui vise à faire le point sur le bilan de son activité en 2006 et les besoins de la Fédération dans ce domaine. Catherine signifie qu’elle ne poursuivra pas sa délégation aux questions sociales.

Il apparaît que les besoins pour suivre l’ensemble des chantiers nécessaires dépassent amplement la capacité que la Fédération a à les remplir dans l’état actuel des ressources humaines. Les moyens financiers de la Fédération ne permettant pas d’envisager le recrutement d’un salarié à plein temps, il est nécessaire qu’une méthode de travail différente se mette en place.

Par ailleurs, les délégués du CA à l’UFISC estiment que les questions sociales doivent être pilotées par la coordinatrice générale.

Enfin, il y a un besoin urgent de trouver des membres de la profession qui s’investissent sur ces questions.

Il est donc proposé qu’en un premier temps Pascale assure un minimum de tâches : présence aux CA de l’UFISC, rédaction de compte-rendus et diffusion d’une information triée sur les questions sociales auprès des adhérents.

De plus, un groupe d’administrateurs adhérents de la Fédé sera sollicité afin d’ouvrir un chantier sur les questions sociales au sein de la Fédé. Ce groupe pourrait commencer à œuvrer dès l’été et se réunir sur les festivals où la Fédé est présente (proposition de Thérèse Toustou). Un appel en ce sens sera fait à l’AG du 13 avril.

3 Evolution des ressources humaines à la Fédé

En rapport avec la structuration de la Fédération en région, la coordination nationale sera amenée à redéfinir ses missions. C’est une préconisation prioritaire de l’actuel CA au prochain CA dont la mission serait de redéfinir le rôle de la Fédération devenue fédération nationale et les fonctions de ses salariés.

En dehors du poste de coordinatrice générale, il y a celui de l’assistante administrative qui assure essentiellement des tâches de secrétariat. Virginie Falcucci qui occupe le poste actuellement ne souhaite pas rester à la Fédé sur la durée car elle manque de perspectives d’évolution professionnelle comme de perspectives d’évolution salariale. Aussi, est-il judicieux de réfléchir à l’embauche ultérieure d’une personne qui aurait peut-être une formation de secrétariat classique et pourrait bénéficier d’aide à l’emploi (retour à l’emploi, par exemple).

Virginie Falcucci accepterait de renouveler un contrat entre septembre et décembre au même salaire si un plan de formation est mis en place pour elle sur cette période.

Par ailleurs, il est souligné que le poste reste fragile car son financement pour 2007 n’est pas assuré à ce jour (subvention DMDTS à renégocier en 2008).

Ce sera au prochain CA de se positionner sur cette question.

Il y aura aussi à décider de l’embauche ponctuelle d’une chargée de mission dont la fonction sera d’accompagner la coordinatrice sur le chantier du 27 octobre.

Ses tâches précises seront à détailler lors de la réunion suivante du CA.

Le financement de ce poste serait assuré par les 9 000 euros prévus initialement dans les dépenses 2007 pour la mission aux questions sociales.

4 Le temps des arts de la rue : journée du 27 octobre

La journée du 27 octobre doit correspondre à une mobilisation active de la profession. Celle-ci passe par deux biais :

- les CNARS qui, en tant que structures rassembleuses (une de leurs missions), ont la capacité à lancer des initiatives en concertation avec la profession,

- les équipes sur l’ensemble du territoire français qui peuvent s’organiser individuellement ou collectivement pour mettre en place des événements divers sur leurs territoires d’intervention.

Divers témoignages sur les initiatives en cours sont rapportés notamment pour la région PACA, la région IDF, la région Rhône-Alpes, la Bretagne et la Haute-Normandie. L’ensemble des initiatives citées seront détaillées lors de l’AG du lendemain.

Un comité d’accompagnement de cette journée a été mis en place afin de rassembler les forces et d’impulser la dynamique nationale.

Par ailleurs, un budget de 50 000 euros a été dégagé par le ministère de la culture pour médiatiser cette journée aussi bien au niveau national qu’au niveau local. Des agences de communication ont répondu à un appel d’offre et seront auditionnée le 23 avril. Puis la communication sera suivie conjointement entre HLM et la Fédé.

Enfin, la date du 27 octobre doit marquer un point de départ et non être le point d’orgue du temps des arts de la rue.

De même, elle ne doit pas être amalgamée à une manifestation d’opposition au politique.

5 Les rencontres fédé pendant la période estivale

Le planning des rencontres de la Fédé pendant l’été est débattu et décidé par le CA :

- rencontre à Sotteville-lès-Rouen pendant le festival Viva-Cité sur le thème de la journée du 27 octobre (proposition de Daniel Andrieu),

- rencontre à Chalon-sur-Saône pendant le festival Chalon dans la rue sur des sujets de dimension administrative (proposition de Thérèse Toustou),

- rencontre à Aurillac à l’occasion du festival Eclat avec une « foire aux questions », sur le principe d’un échange de compétences entre les compagnies présentes et les membres du Conseil d’Administration. Toutes les questions peuvent être abordées (proposition de Pierre Prévost),

- rencontre à Aurillac organisée conjointement avec le CITI (théâtre itinérant) et le Syndicat du cirque de création. Cette rencontre s’appuiera sur le manifeste rédigé par l’UFISC. Dossier suivi par Serge Calvier.

- rencontre à Angers à préciser avec Jo Bithume.

Les membres du Conseil d’Administration ont souhaité que des tribunes de paroles soient données pendant le festival d’Avignon, par le biais des rencontres organisées notamment par l’ONDA et la FNCC.

Enfin, il serait judicieux que la présence de la fédé soit rendue visible sur les festivals sous forme de stand par exemple. Cela nécessiterait la présence des membres du Conseil d’Administration dont une des missions serait de « faire adhérer ceux que l’on ne rencontre que là ».

Il est ajouté que les festivals doivent donner lieu à la promotion de la journée du 27 octobre à laquelle la fédération s’associera.

6 Points divers

Luc Perrot fait part de son désir que la Fédération prenne une position politique (notamment dans le cadre de la campagne électorale) et souhaite que l’évolution de la Fédé intègre la défense d’une pensée politique.

Pour d’autres membres du Conseil d’Administration, notamment Françoise Léger, le prochain CA aura pour mission de réfléchir à l’avenir de la Fédé qui disperse ses chantiers sur l’UFISC, les Fédés en région et qui a à trouver un équilibre entre les questions sociales, artistiques et économiques.

Cela semble être l’étape qui suit celle du temps des arts de la rue.

La séance est levée et les membres du CA sont invités à partager un repas dans les locaux du Moulin Fondu.

.