Compte-rendu du CA de La Fédération du 5 décembre 2005 (HorsLesMurs, Paris)

jeudi 12 janvier 2006
par  lafede

Présents : Alain Beauchet, Michèle Bosseur, Serge Calvier, Patrick Dordoigne, Ema Drouin, Jean-Raymond Jacob, Fred Michelet, Olivier Lataste, Françoise Léger, Thierry Lorent, Luc Perrot, Palmira Picon-Archier, Pierre Prévost, Pierre Sauvageot, Thérèse Toustou.

Excusés : Thierry Benoist, Gérard Boucard, Caroline Loire, Jean-Baptiste Duperray, Maud Le Floc’h, Vincent Martin, Alain Taillard, Alexandre Ribeyrolles.

Absents : Bernard Colin.

Ordre du jour de la séance :
- le bilan de fonctionnement de la Fédé en 2005
- le bilan des trois chantiers principaux : la régionalisation, les questions sociales, le temps des arts de la rue
- la préparation des prises de parole de l’AG du 6 décembre

1. Bilan de fonctionnement de la Fédé en 2005

Quelques remarques ont suivi le bilan préparé par la trésorière et la coordinatrice :
- les fichiers pourraient être reliés à ceux des Fédés en région (voir compatibilité de logiciels),
- les coûts engagés pour l’autonomisation du site de la Fédé sont de 50 à 100 euros pour un nom de domaine, ainsi qu’un ajout en prestation informatique. La formation suivie par Ariane Theis lui permet de dynamiser le site depuis le bureau de la Fédé. Cela est réalisable à court terme. Jean-Raymond Jacob demande à ce que le Fourneau soit formellement remercié pour la création du site de la Fédé et son hébergement depuis sa création au moment du changement de site.
- un apport en ressource humaine est indispensable pour les dossiers sociaux. D’après les comptes de la Fédé, un recrutement serait possible pour un quart temps. Catherine Nasser, actuelle permanente de la Fédé Ile de France serait intéressée. Un profil de poste reste à rédiger avant son engagement (décision à entériner lors de la réunion du CA suivant).
- le point financier fait apparaître un compte équilibré jusqu’à ce jour.
- sur la demande de la trésorière, il est décidé que le CA proposera aux adhérents un changement pour les élections du CA à partir de 2006. En effet, jusqu’à 2005, les élections ont lieu en AG de fin d’année. Il est plus cohérent que celles-ci se déroulent au moment de la présentation du bilan financier et du rapport d’activité, soit à l’AG du printemps. Il sera donc proposé que les élections pour 2007 soient effectuées au printemps 2007. Ce qui implique que les élus en décembre 2005 auront un mandat de 16 mois au lieu des 12 mois habituels.

2. Bilan des trois chantiers principaux

En préambule, quelques remarques générales :
- le bénévolat reste un moteur essentiel dans le fonctionnement de la Fédération, en région comme au niveau national,
- la Fédération est amenée à évoluer avec l’apparition des Fédés en région,
- le travail effectué sur les questions de société et les question sociales est peu lisible,
- la Fédération doit rester un outil fort. Or, en regard de la dispersion des adhérents au sein des groupes de travail sur le temps des arts de la rue et des Fédés en région, il apparaît nécessaire de remobiliser de l’énergie et de la réflexion au coeur de la Fédé, et notamment du CA.

- Premier chantier : la régionalisation

En préambule, commentaire du compte-rendu de la réunion des 3 et 4 novembre qui a rassemblé les pilotes des regroupements régionaux à Marseille.
Avec le développement des Fédés en région, il devient essentiel de proposer un document définissant un cahier des charges fédérateur entre la Fédé et les fédés en région, ainsi que les modalités de répartition financière.
La question de l’adhésion systématique ou pas à la Fédé est centrale. Il est proposé de poser une cotisation à double entrée dans les régions, un montant de moins de 55 euros pour les personnes désirant adhérer en région uniquement, une cotisation du même montant que celui appliqué àl la Fédé pour les personnes qui adhérent en région comme au niveau national.
Une répartition des montants entre région et niveau national est fixée à 50/50.
Un article ajoutant que chaque Fédé en région adhère à la Fédé au niveau national est également proposé.
Enfin, il est précisé qu’il appartient à chaque région de s’organiser comme elle l’entend.
L’ensemble de ces propositions seront débattues et votées à l’AG du 6 décembre, pour être formalisées dans un règlement intérieur qui sera mis au vote lors de l’AG statutaire du printemps 2006.

- Deuxième chantier : les questions sociales

Avec le développement de la crise de l’intermittence amorcée en 2003, les sollicitations pour une présence de la fédé au sein de réunions comme en réaction à l’écriture de documents d’analyse, d’expertise... augmentent. Des analyses collectives comme des prises de paroles communes sont attendues (notamment en relation avec l’UFISC).
Par ailleurs, cette évolution nécessite que des positions politiques claires et fermes soient affirmées par la fédération, et notamment en ce qui concerne l’emploi culturel et artistique.
Ce chantier devrait se redynamiser dès qu’il sera pris en charge par la déléguée à la coordination aux questions sociales.

- Troisième chantier : le temps des arts de la rue

Un constat global sur les travaux entrepris dans le cadre du temps des arts de la rue fait apparaître une avancée quant à la valoraisation de “l’histoire”. Le second temps nécessaire, en 2006, est celui de la prospective.
C’est une phase qui demande à ce que le CA prenne le temps de l’analyse et de la réflexion collective, en relation avec la coordination et les forces militantes de la Fédé.
Il est proposé que, dans ce temps, s’inscrive également une parole artistique,
JR Jacob rappelle que cette parole est l’objet des travaux entrepris par le groupe de travail “événement fédérateur” qui a pour mission d’embarquer la profession dans un acte artistique rassembleur.

3. Préparation des prises de parole pour l’AG du 6 décembre

Il est rappelé que l’ensemble de l’AG est ouverte aux professionnels non-adhérents. Ce principe est à nouveau discuté comme pouvant fragiliser la Fédé notamment lorqu’il s’agit de débattre de décisions à prendre entre adhérents et à voter le jour même (temps limité parfois par des polémiques peu constructives).
Ce principe n’est pas remis en cause au moins pour l’AG du 6 décembre.

La régionalisation sera le premier sujet à débattre et donnera lieu à une prise de parole de quelques minutes de chaque regroupement régional. Olivier Lataste proposera les bases des modalités de fonctionnement entre la Fédé et les fédés en région.
Suivra le bilan sur les question sociales co-piloté par Serge Calvier et Thérèse Toustou.
Un bilan du temps des arts de la rue sera fait en début d’après-midi, introduit par Jean-Raymond. Il sera suivi d’une prise de parole de représentants des groupes de travail, accompagnée d’une synthèse effectuée par Isabelle Drubigny, secrétaire du Temps des art de la rue à HLM.
L’assemblée se terminera par l’élection des membres du Conseil d’Administration.

Enfin, il est décidé de mettre au vote des motions communiquées par la Fédé à la presse, au ministre et au comité de pilotage sur des questions de société. Luc Perrot en sera le porte-parole.
Les thèmes à aborder sont :
- l’autorisation d’usage de l’espace public par la Préfecture (article qui date de 1955),
- la liberté de création remise en cause par 200 députés sous couvert d’incitation à la violence urbaine.

Le vote de cette motion rejoint la préoccupation du CA sous-jacente à l’ensemble de la réunion et relative au besoin ressenti de mettre du débat politique au sein de la Fédé, notamment en lien avec le contexte actuel du spectacle vivant.