Compte-rendu CA 25 janvier 2005 (HLM)

mardi 22 février 2005
par  lafede

Étaient présents : Ema Drouin, Alexandre Ribeyrolles, Olivier Lataste, Alain Beauchet, Jean-Baptiste Duperray, Thierry Benoist, Françoise Lèger, Michèle Bosseur, Caroline Loire, Pascale Canivet, Palmira Picon-Archier, Pierre Sauvageot, Serge Calvier, Alain Taillard, Bernard Colin.

Excusés : Jean-Raymond Jacob, Maud Le Floc’h, Gérard Boucard, Thierry Lorent, Frédéric Michelet, Vincent Martin, Luc Perrot, Thérèse Toustou, Pierre Prévost, Patrick Dordoigne.

Ordre du jour :

- modalités de fonctionnement de la fédé en relation avec le CA : délégation, interaction bureau/CA ;
- recrutement du second permanent ;
- la Fédé en région ;
- les compagnies en difficulté ;
- poursuite du temps des arts de la rue ;
- questions diverses .

L’organisation de la Fédération

1) Une réflexion sur les attributions des membres du CA et celles des élus du bureau est développée à partir d’un document rédigé par Bernard Colin.

Le rôle du Président est d’impulser une politique générale.

Au-delà du rôle de la trésorière qui est clairement identifié (et qui se charge progressivement des dossiers que lui transmet le trésorier précédent), les attributions de chacun sont réparties en fonction des présents :
- Ema Drouin, relations avec les permanents de la Fédé ;
- Serge Calvier, Alain Taillard, Thérèse Toustou, délégués à l’UFISC ;
- Pierre Sauvageot, Alain Taillard, la régionalisation de la Fédé ;
- Frédéric Michelet, Olivier Lataste, dossier FNAS ,
- Fred Michelet, dossier SACD,

Un dossier est laissé en suspens : celui de la communication.

Après débat, il n’est pas jugé pertinent d’attribuer une délégation aux relations interprofessionnelles, celles-ci étant disparates et transversales à l’ensemble des dossiers.

2) Les modalités de prise de décision présentent certains dysfonctionnements.

Il a été décidé que les délégués sur les dossiers sont à même de prendre des décisions sur les sujets qu’ils traitent, dès qu’ils en ont débattu avec les membres du CA.
En cas de prise de décision majeure et urgente, c’est au Président qu’il appartient d’en prendre la responsabilité.

3) La relation entre bureau et CA n’est pas développée. Il est demandé qu’une réunion de bureau soit programmée avant le prochain CA.

4) Le profil de poste de l’assistant administratif sur le point d’être recruté est développé à partir de la proposition faite par Michèle Bosseur.

Deux éléments sont ajoutés : sens modéré du contact, et bon niveau d’anglais souhaité.

Les modalités de recrutement auront lieu comme suit :
- passage de l’annonce sur des sites de spectacles de référence : IRMA, ARCADE, HLM, liste rue. Et ANPE ;
- examen des candidatures recueillies en février par Alain Beauchet, Françoise Léger et Pascale Canivet début mars. Sélection d’une dizaine de candidats pour entretien avant le prochain CA ;
- Premiers entretiens avec Alain B., Françoise, Pascale et soit Michèle soit Alain Taillard ;
- Deuxième phase d’entretiens avec Jean-Raymond pour les trois derniers candidats.

La date d’embauche prévue est le 1er avril, sous réserve que les financements complémentaires de la DMDTS soient accordés.

Le Temps des arts de la rue

Le passage du temps des arts de la rue à un mode opérationnel nécessite de redéfinir le rôle à venir de la Fédération pendant l’opération.

En effet, elle sera membre du comité de pilotage sans l’impulser.

Une double présidence est pressentie pendant la durée totale du temps des arts de la rue :
- Yves Deschamps comme président du comité de pilotage,
- Jacques Higelin comme président d’honneur du temps des arts de la rue.

Plusieurs axes restent à creuser :
- le lobbying auprès des Dracs, et auprès des régions ;
- le coup de projecteur sur les arts de la rue par le moyen d’un « événement » d’ampleur nationale dont les modalités restent à concevoir. Ceci devrait donner lieu à la constitution d’un groupe de travail Fédé rapidement. La première phase consiste à faire un appel à idées avec le maximum d’ouverture possible.

Enfin, il s’avère nécessaire de prendre un rendez-vous avec Fabien Jannelle de L’ONDA afin de mesurer la teneur des propositions incitatives que l’organisation fera dans le cadre du temps des arts de la rue.

La Fédé en région

Trois questions sont à examiner sur les fédés en région :
- la forme des rassemblement qui naissent dans les différentes régions ;
- l’organisation globale de la Fédé en rapport avec les fédés en région ;
- la représentation de la fédé dans les régions.

Divers témoignages sont apportés sur ces questions. Il est décidé qu’un document synthétique et récapitulatif sera réalisé par Alain T. et Pierre S. pour le prochain CA afin d’approfondir la réflexion.

La constitution des COREPS est mentionnée. A ce jour, la Fédé est présente dans les COREPS de Rhône Alpes (Brigitte Burdin), Pays de Loire (Alain Taillard), Bretagne (Le Fourneau), Région centre (Maud Le Floc’h), et Midi-Pyrénées (Thérèse Toustou).

Il serait judicieux de faire un point sur ce qui se passe dans ces instances (demande faite à la coordination).

Les compagnies en difficulté

Un point est fait sur les compagnies en difficulté à partir du document réalisé par HLM. 

Il est noté que l’adhésion de la Fédé à la démarche entreprise envers le ministère sur ces compagnies est ressentie comme ambivalente.

Cette remarque ouvre un questionnement sur l’éthique de la Fédération qui demanderait à être précisée, redéfinie...

Néanmoins, il semble que la question des compagnies est plus globale que celle des compagnies en difficulté. C’est une donnée importante qui demande une vigilance sur les directives qui seront lancées lors du temps des arts de la rue.

Le premier problème évoqué semble lié à la relative dépendance envers les structures que les compagnies craignent de voir se développer si les mesures accentuées lors des années qui viennent mettent ces structures (de fabrication, de diffusion...) au premier plan. Ce risque est à analyser au sein de la Fédé, et demande l’ouverture d’une réflexion pouvant mener à des propositions de la profession dans le cadre du temps des arts de la rue.

Aussi, est-il rappelé que l’accroissement du nombre de conventionnement de compagnies, sur des conventions spécifiques aux arts de la rue, est tout aussi essentiel pour le développement du secteur.

Le deuxième problème est celui que l’institution fait une distinction entre les lieux dirigés par des accompagnateurs d’artistes, médiateurs, organisateurs... (lieux considérés comme faisant partie d’un premier cercle) et ceux qui sont dirigés par des artistes (ou second cercle). Cette distinction semble inopérante et injustifiée pour les arts de la rue.

Ces problématiques donneront lieu à une réunion Fédé rapidement.

Questions diverses

1) Bernard Colin fait part de son désengagement comme représentant de la Fédé au sein du Conseil d’Administration de la FAIAR. Palmira Picon-Archier lui succède. Alain Beauchet est élu comme suppléant.

2) La Fédération souhaite figurer comme membre du Conseil d’Administration d’HLM (elle est actuellement « observateur »). Une demande dans ce sens sera faite par la coordination.

3) Fred Michelet continue à être chargé des relations avec la SACD.

4) Pascale Canivet aura dorénavant un temps de parole en début de CA afin de faire part à ses membres de la « température » du secteur, et notamment des adhérents, observée depuis son poste.

Le prochain Conseil d’Administration se tiendra le 14 mars de 10 h à 17 h à HLM. Deux thèmes sont inscrits à l’ordre du jour : le recrutement du second permanent ; la régionalisation de la Fédé.

Une date pour l’AG du premier semestre est proposée : le lundi 16 mai.