Chalon dans la rue 2003 et 2004... réponse du Maire de Chalon - La Fédération Nationale des Arts de la Rue

Chalon dans la rue 2003 et 2004... réponse du Maire de Chalon

mardi 4 novembre 2003
par  lafede

Pour information, vous trouverez ci-dessous le courrier que le maire de Chalon-sur-Saône, Michel Allex, nous a adressé (courrier daté du 27 octobre). Elle fait suite à une lettre que nous lui avons adressée à la rentrée de septembre 2003, nous inquiétant du devenir du festival et du lieu de fabrique.

Pour mémoire, le bureau de la Fédération avait rencontré le maire et son directeur de cabinet début juin dernier au moment de l’appel d’offre pour le renouvellement de direction qui était paru en mai.

Monsieur,

Vous avez bien voulu me confirmer l’importance que vous accordez au Festival des Arts de la rue de Chalon-sur-Saône ainsi qu’au lieu de fabrique qui s’y rattache et votre souhait de voir Chalon rester une capitale des Arts de la Rue en France.

J’ai été très sensible à cette nouvelle forme de témoignage de votre intérêt.

En ce qui me concerne, croyez bien que pour l’avenir, je tiens à réaffirmer mon attachement et celui de l’ensemble des élus chalonnais au festival Chalon dans la Rue.

Je m’efforce de tout mettre en oeuvre pour que le festival 2004 puisse s’organiser dans les meilleures conditions et je me réjouis de voir l’intérêt que porte votre fédération à cette manifestation.

Compte tenu des perturbations qui ont accompagné le festival 2003, j’ai jugé nécessaire de repousser la date de dépôt des candidatures pour le poste du futur Directeur du Festival.

Ces candidatures pourront être déposées jusqu’au 3 novembre inclus, dernier délai.

Une publication est prévue dans Télérama à cet effet.

Je saisis l’occasion qui m’est donnée de vous apporter des informations qui me paraissent s’agissant des conditions dans lesquelles nous avons décidé de procéder au règlement des compagnies pour le festival 2003.

Pour le festival 2003, la situation a été la suivante :
- 9 compagnies ont assuré la totalité des spectacles prévus dans le contrat, soit 28 spectacles,
- 14 compagnies n’ont assuré qu’une représentation partielle des spectacles prévus (spectacles interrompus en cours de représentation - 50 spectacles sur 80 prévus),
- 4 compagnies n’ont assuré aucune représentation pour 20 spectacles prévus.

Les contrats conclus avec les artistes et les compagnies artistiques pour le festival de Chalon dans la Rue étaient conçus de telle sorte que la ville n’ait pas à indemniser les compagnies si les spectacles ne pouvaient se produire soit en totalité, soit partiellement, du fait de grève de leur part.

La ville aurait donc été en droit de ne prendre en charge ni les cachets des artistes et des compagnies, ni les frais de déplacement, dès lors que les spectacles n’étaient pas produits dans leur intégralité.

Néanmoins, nous avons été très sensibles à la situation difficile à laquelle se trouvaient confrontés les intermittents et certaines compagnies.

Aussi, avons-nous retenu une formule qui nous paraissait compatible avec la préservation des intérêts du contribuable chalonnais, tout en s’efforçant de prendre en compte les difficultés incontestables devant lesquelles étaient placées certaines compagnies et certains intermittents.

La solution arrêtée a donc été la suivante :
- Les compagnies ayant assuré la totalité des prestations prévues ont très logiquement bénéficié de la prise en compte des frais de déplacement, et le montant correspondant à leurs cachets a été versé en totalité.
- Certaines compagnies, en revanche, n’ont asssuré qu’une représentation ou une représentation partielle.
Il n’était donc pas envisageable d’honorer le montant des cachets. Cependant, nous avons choisi de leur laisser le bénéfice des frais de déplacement qui, au demeurant, avaient été payés à l’avance.
- Une compagnie a dû cesser sa représentation à l’issue de 40 mn de spectacle, compte tenu de l’intervention d’un groupe d’intermittents.
Cette interruption ne relevait pas de son fait.
Nous avons donc choisi de ne pas la pénaliser et de lui verser à la fois les frais de déplacements et la totalité des cachets prévus.
- Enfin, il semble que certains accords oraux aient été envisagés avec quelques troupes pour la réalisation de spectacles en co-production.
Malheureusement, ces accords n’avaient absolument pas été prévus dans les contrats et il m’était impossible juridiquement d’en tenir compte.

J’ajouterai que s’agissant du public, il est apparu tout à fait souhaitable au conseil municipal, à la fois dans un souci d’équité mais aussi pour préserver l’image de la ville dans l’intérêt même du futur festival, d’assurer le remboursement des billets pour les spectacles qui ont fait l’objet d’une annulation partielle ou totale.

Je souhaite que vous compreniez que l’adoption de ces diverses mesures a été dictée par le souci qui est le nôtre de préserver l’image de notre festival et par notre volonté d’assurer sa reconduction dans les années à venir.

J’espère vous avoir convaincu de la vivacité de notre attachement au festival Chalon dans la Rue et du souhait que nous formons de pouvoir poursuivre, dans un cadre de fructueuse collaboration, avec la Fédération Professionnelle des Arts de la Rue.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’assurance de ma considération distinguée.

Le Maire de Chalon-sur-Saône
Michel Allex

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur