Centre de ressources HorsLesMurs

 mars 2001
par  lafede

Nous n’avions officiellement pas rencontré HorsLesMurs depuis la suspension de nos relations courant 1999.
Un groupe de contact formé de Barthélémy Bompard, Emma Drouin et Mark Etc était mandaté au dernier C.A. de la Fédé pour synthétiser nos propositions et rétablir des liens de travail.

« Développement » des arts de la rue, emploi, informations, éditions ? Nous avons donc exposé la manière dont la Fédération souhaitait voir aborder par HorsLesMurs ces grands chapitres d’action, à la faveur de deux rencontres : un rendez-vous avec Emmanuel Wallon et Jean-Luc Baillet le 8 janvier 2001 dans un premier temps, et dans un second temps, la tenue du C.A. d’HorsLesMurs le 7 février 2001 pour lequel invitation nous avait été faite de participer aux côtés du SNFAC (Syndicat des Nouvelles Formes des Arts du Cirque) en tant qu’observateurs.

Au plan de l’activité « rue » de notre centre de ressources, telle que nous l’avons vue présentée et débattue au C.A. par ses administrateurs, les missions de conseil et d’information d’HorsLesMurs se traduiront principalement en 2001 par :
- le maintien des rencontres régionales animées par Stéphane Simonin et son activité permanente de conseil (très sollicité par les jeunes professionnels)
- la mise en ligne de la base de données d’HLM sur internet (avril 2001)
- la préparation d’un nouveau Goliath avec révision de formule
- l’organisation (avec la Fédération) d’une rencontre nationale.
- la création d’un nouveau support éditorial (deux livraisons par an, moins onéreux) substitué à l’actuelle revue « Rue de la Folie » dont HorsLesMurs décide d’interrompre la publication faute de lectorat (400 abonnés), tandis qu’elle entend poursuivre celle consacrée aux Arts de la piste (700 abonnés).

L’Etat demande que les activités éditoriales d’HorsLesMurs soient reconsidérées dans leur ensemble. La Fédération, qui entend bien les nombreuses réserves sur la facture luxueuse et le graphisme illisible de la revue, a rappelé son attachement à ce que le centre de ressources consacre une politique éditoriale aux expressions par nature éphémères qui se produisent dans l’espace public. La Fédé préconise de réorienter en profondeur la logique rédactionnelle et d’en élargir la responsabilité éditoriale. Selon cette logique de partenariats éditoriaux, nous serions ainsi favorables à la réalisation d’ouvrages de référence portant sur les lignes de force esthétiques et les pratiques artistiques rencontrées dans l’espace public. Le C.A. d’HorsLesMurs a approuvé la constitution d’un groupe de travail sur la question des publications.

Il ressort clairement que le fonctionnement de HorsLesMurs répond à une logique d’opportunités, comme l’indiquent l’organisation de Rencontres nationales, l’approche « rentable » de la question des publications, la réalisation d’un site enfin complet à la faveur de financements européens, la gestion du secrétariat de l’année du cirque. La diversification des financements des activités de l’établissement n’est pas à blâmer, mais indéniablement, cette logique d’opportunités, à moyens et personnels à peu près constants pour ce qui concerne la rue, fait renoncer aux domaines d’action moins rentables. Serait-ce qu’il n’y ait pas suffisamment « d’opportunités » pour valoriser la rue ?

Nous avons ainsi saisi HorsLesMurs de l’intérêt pour la lisibilité de nos expressions et de nos expériences, d’engager sur le territoire national des actions concertées et coordonnées d’information et de valorisation des ressources avec les pôles oeuvrant déjà en faveur des arts de la rue (lieux de fabrique, par exemple), au-delà des présences de HorsLesMurs sur les principaux festivals.

Nous avons donné notre accord de participation à la prochaine Rencontre nationale professionnelle, en réorientant le thème de ce rendez-vous, et en recommandant des modalités d’organisation :
Initialement consacrée à « la question du travail de sensibilisation des compagnies » nous avons souhaité que ces Rencontres portent un éclairage significatif sur les relations particulières établies par nos expressions avec les territoires et les populations. Ces rencontres se tiendront les 5 et 6 octobre 2001 chez Culture commune à Loos-en-Gohelle. Nous souhaitons qu’elles impliquent très largement les partenaires publics aussi bien du côté des tutelles politiques que des services de l’état et des partenaires publics concernés.
Nous avons demandé que ces moments d’échanges reposent autant sur des communications, qu’une présentation approfondie en atelier des expériences par les professionnels et des experts.

Il est donc encore tôt pour arrêter un bilan de cette reprise de contact avec HorsLesMurs d’autant que certains dossiers plus spécialisés appellent aujourd’hui la constitution de groupes de suivi pour assurer nos propositions d’une prise en compte pleine et entière. Mais la Fédération aura à se prononcer, au travers de son prochain C.A. sur la stratégie de relation à désormais conduire : logique de service public, logique d’opportunités professionnelles ?


Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur