C.A. du 15/03/99 à Marseille, Lieux Publics

lundi 15 mars 1999
par  lafede

Ordre du jour
- Quel avenir (missions, actions, rôles, contacts avec les adhérents...) pour La Fédération ?
- Décision du principe, de la date et du contenu d’une Assemblée Générale
- Position de La Fédération face à la conférence de presse de la Ministre (12/01/99) intitulée "une politique nouvelle pour le spectacle vivant"
- Position de La Fédération sur la disparition du statut des compagnies "en commission"
- Résultats de :
la lettre de soutien de La Fédération au projet de Fabrique à Aurillac
la lettre de La Fédération à D. Chavigny pour connaître le détail des crédits attribués aux Arts de la Rue dans les D. R. A. C.
la demande de RdV à D. Wallon et à A. Van Der Malière.
- Suivi des subventions attribuées aux Arts de la Rue en région et ailleurs
- Point budgétaire sur La Fédération. Très bonne nouvelle : la subvention 99 allouée par le ministère à "La Fédé" =180 KF
- Le compte-rendu d’activités de 98 et le programme des projets de "La Fédé" pour 99 (pièces nécessaires pour percevoir la subvention de la Fédé
- Position de La Fédération par rapport au "Projet d’activités prévisionnelles 1999 d’HLM"
- Compte-rendu de la réunion d’information sur "La fiscalité des associations culturelles" organisée à l’inititiative des Centres de Ressources dont HLM le 24 /01/99 à Paris et la proposition de moratoire sur l’instruction fiscale du 15/09/98
- Compte-rendu du RV avec Vincent Moisselin, chargé de mission Culture au Cabinet du Ministre de la Ville, Claude Bartolone et suites à donner à ces démarches auprès des ministères.

Le point sur :
- Le groupe de travail oeuvrant à la constitution d’une commission de députés à l’Assemblée Nationale pour la défense de l’Art Urbain (coordinateur : D. Andrieu)
- La commission "Fiscalité et juridique" (coordinateur : B. Bellot)
- La commission "Formation" (coordinateurs : J. Rubio et M. Crespin)
- et la mise en place d’autres commissions thématiques (ex : fonds interministériel de soutien à la création des Arts de la Rue)

Présents (12) : Bernard Bellot, Pierre Berthelot, Gérard Burattini, Claudine Dussollier, Maud Le Floch, Serge Noyelle, Patrice Papelard, Philippe Phéraille, Gilles Rhode, Pierre Sauvageot, Robert Savigny, Jean-Marie Songy + Anne Guiot (synthèse effectuée par M. Le Floch mise en forme par A. Guiot)
Excusés (12) : Daniel Andrieu, Nicole Behmeleit, Barthélémy Bompard, Jean Chamaillé, Hervée De Lafond, Frank Fleishmaher, Pierre Layac, Jacques Livchine, Claude Morizur, José Rubio, Philippe Saunier-Borell, Bruno Schnebelin

Décisions prises

Rédaction d’un projet stratégique et d’une analyse prospective : La Fédération ne veut plus juste réagir aux projets du Ministère, d’HLM, des DRAC ou autres, mais définir les grandes lignes de ce que seront les Arts de la Rue dans les années à venir. Claudine Dussollier commence la rédaction de ce projet, chacun est appelé à la "nourrir" par des petites notes écrites. Son document sera examiné et modifié lors du prochain CA.
Pas d’Assemblée Générale avant l’été, mais lors du 4ème trimestre.

Rendez-vous réalisés et à venir

Rendez-vous réalisé

Un rendez-vous a eu lieu le 14/02 avec HLM, à leur demande, sur la commande publique. Certains d’entre vous semblent de pas en avoir eu le compte-rendu. Vous le trouverez en annexes.

Rendez-vous à venir

- Rendez-vous avec Dominique Wallon : courrier envoyé le 19/02. Relance auprès de Gilles Detilleux, ils souhaiteraient attendre d’avoir fait le tour des commissions d’experts avant de rencontrer "La Fédé". Insistance à poursuivre.
- Rendez-vous avec Jean-François Marguerin : le vendredi 16 avril à 15h, rue de Valois. Enjeu : notamment le point sur la mobilisation des crédits de l’Etat en faveur des Arts de la Rue.
- La commission "Fiscalité et juridique" travaille et avance vite. Prochain rendez-vous : le 29 mars à 15h à HLM. Enjeu : Réunir La Fédération, Fédercie, l’Interfédération des Musiques Actuelles et Prodanse pour confronter leurs propositions et leurs stratégies avant d’interpeller officiellement le législateur.
- Date et lieu du prochain C. A. : le lundi 19 avril à Paris (lieu à préciser).

Rencontre

A l’issue du C.A., une rencontre avec Eléna Dapporto était programmée. Eléna Dapporto et Dominique Sagot-Duvauroux tenaient à rencontrer La Fédé avant de terminer la rédaction de la thèse d’ Eléna Dapporto pour revenir sur les réactions fortes que sa contribution avait déclenchées et sur le point de vue de La Fédé sur ses priorités futures. Nous avons reprécisé nos critiques : instantané qui ne nous apprend pas grand chose, base de données (Goliath, 900 compagnies) pas pertinentes, absence de réflexion sur l’instrumentalisation de leur travail. Sur le futur, nous avons précisé nos priorités : un véritable maillage du territoire par l’institutionnalisation de nos outils et par l’ouverture au réseau culturel.

Flash

- La Cité des Congrès de Nantes et les Editions AS organisent la 2ème édition des Journées Techniques du Spectacle et de l’Evénement sur le thème "La machinerie scénique, éphémère et pérenne, et ses évolutions techniques", les 29 et 30 avril 99. José Rubio y intervient et pourra représenter La Fédé. Cf. informations en annexes.
- L’Abattoir et l’association Beaumarchais organisent un concours d’écriture théâtrale intitulé "Ecrire pour la rue". Information donnée par P. Layac. Cf. annexes

Rappel des principaux sujets débattus

Mesures nouvelles

Récapitulatif des différentes sommes déconcentrées. Le total semble largement inférieur aux 9 MF annoncés. Nécessité de suivre (de pister, de traquer) précisément les enveloppes réelles affectées aux Arts de la Rue. Cf. annexe ci-joint dressant l’état des lieux actuels. Merci de nous tenir au courant des informations que vous auriez.

Aides aux compagnies : le conventionnement ou l’aide à la création/au projet

Intentions annoncées comme loyales (cadrage, éclaircissement du paysage de la création...) cependant risques de dérives : exemple du SAMU à qui la DRAC a proposé une aide au fonctionnement déguisée sous la nouvelle appellation aide au projet (vous toucherez tant tous les ans, on se débrouillera pour faire passer cela en aide au projet...) => nécessité de lever l’ambiguïté de ce type de relation. Clarification à mettre en place.

Les comités d’experts

Ils sont soit inefficaces, soit bidons, soit juges et parties quand il s’agit d’experts professionnels. Une révision du dispositif s’impose. Elle est en cours et annoncée par D. Wallon, il nous faut la suivre.

Réunions régionales de La Fédération
Intéressant d’avoir un retour sur la réalité des Arts de la Rue : les circuits de diffusion, les différentes circulations de formes, les expériences originales (à organiser pour ceux qui ne l’ont pas déjà fait : Rhône-Alpes, Auvergne, Centre...).
Merci de bien vouloir faire passer les compte-rendus à A. Guiot pour information voire diffusion aux autres membres du C.A.

Sensibilisation

Un vrai travail pédagogique serait sûrement bon à mener.
Proposition de mise en place, région par région, d’actions de sensibilisation (séminaires, conférences didactiques...) sur ce que sont les Arts de la Rue (expériences urbaines, économie du secteur, modes de productions...) auprès des acteurs culturels de chaque région.

Ere de l’événementiel
"Du pain, des jeux, on est en plein dedans", l’événementiel bat son plein, les Arts de la Rue doivent être incontournables pour donner sens aux événements (cf FITAC, mars 99 : Festival International des Techniques d’Animation de la Cité, organisé par Public Système et financé par EDF).
Quelqu’un de La Fédé y participera-t-il ? Peut-on avoir des documents la dessus ?

La commande publique

Telle qu’elle a été présentée la commande publique n’apparaît pas aux yeux de la Fédération comme une priorité. Pas question de substituer des aides à la création en dispositif de commande publique (qui existe et continuera d’exister, cf. an 2000). La commande publique apparaît comme une dotation conjoncturelle, pas comme une réelle politique de soutien au secteur.
Quid de la relation avec les artistes plasticiens premiers maîtres d’œuvre de commandes publiques ? du 1% ? Le fond qui pourrait alimenter la commande publique doit-il financer les créations en direct ou ceux qui les commandent (aides aux collectivités, maîtres d’ouvrages) ?
La position de La Fédération peut être (au lieu d’un non catégorique) OK à la commande publique, si :
- ne met pas en danger l’établissement d’une politique de soutien
- permet de qualifier le réseau
- soutient des projets expérimentaux ou /au caractère d’exceptionnalité ou /de grande échelle (qui ne pourraient être soutenus par des opérateurs habituels)
- n’est pas une substitution aux aides
- génère des initiatives d’artistes

(Ces clauses sont toutefois contenues dans la Charte des missions de service public, à laquelle on peut et l’on doit se référer).

Et cette position sur la Commande Publique existera comme un des points de notre projet de développement, non séparable des autres.

Lieux Publics, Centre national des arts de la rue
Bref rappel historique : rappel que Ville de Marseille, partenaire financier sur cahier des charges conforme à celui de l’Etat, n’offre cependant aucune aide technique ou en nature. Contrat de Michel Crespin a expiré en décembre 98. Pas de nouvelles quant à la suite. Evaluation et expertise dans les semaines à venir par le Ministère.

Selon M. C., le Centre national s’articule et devra s’articuler autour de trois notions :
- un directeur metteur en scène/ artiste pour assumer l’activité de création
- le soutien à la production de différentes compagnies (actuellement tributaire de l’outil technique actuel)
- une mission prospective (recherche/actions, cf. les parcours d’artistes)

La question de la formation et la transmission des savoirs s’envisage plutôt sur un plan théorique que technique (esthétique des arts de la rue, historique et spécificités...)
Une personne du CFPTS a été chargée par le ministère d’une réflexion sur cette question de formation. Personne de la profession n’est au courant (sic !).
Un ou plusieurs Centres nationaux ? Il y a actuellement une dizaine de lieux qui montent, autour de préoccupations de création, fabrication, diffusion, accueil.. doivent-ils devenir Centres nationaux ou faut-il maintenir une spécificité liée au label ?
"La notion de Centre National correspond à une autre prise de conscience, de responsabilité par rapport à un métier" (MC)... Avis partagé par tous