C.A. du 07/12/00 à Châtillon - La Fédération Nationale des Arts de la Rue

C.A. du 07/12/00 à Châtillon

jeudi 7 décembre 2000
par  lafede

Première réunion du C.A. nouvellement élu lors de l’A.G. du 9 novembre.

A l’ordre du jour :
- élection du Bureau,
- état des lieux de la Fédération et rappel des priorités envisagées pour l’année 2001,
- validation des chantiers à mettre en œuvre au sein des commissions.

Étaient présents : Michèle Bosseur (Le Fourneau [en Bretagne]), Philippe Chaudoir (Université de Lyon 2), Ema Drouin (Cie 2ème Groupe d’Intervention), Pierre Sauvageot (Décor Sonore), Bruno Schnebelin (Cie Ilotopie), Barthélémy Bompard (Cie Kumulus), Daniel Andrieu (Viva-Cité), Jean-Félix Tirtiaux (Namur en Mai), Jean Chamaillé (Cie Jo Bithume), Palmira Picon-Archier (Festival de la Manche), Marc Ménis (La Fabrique de Lille), Hervée de Lafond (Théâtre de l’Unité), Pierre Layac (Chalon dans la Rue), Mark Etc (Groupe Ici-Même), Anne Guiot (APCAR), Serge Calvier (Nil Admirari), Olivier Desjardins (Viva-Cité - Festival d’Aurillac) et Pascale Canivet (La Fédération - compte-rendu).

Élection du Bureau

6 personnes se présentent pour le Bureau et sont élues à main levée à l’unanimité. Le nouveau Bureau est constitué comme suit :
- Bruno Schnebelin, Président (renouvellement),
- Daniel Andrieu, vice-président (renouvellement),
- Maud Le Floc’h, vice-présidente (renouvellement),
- Barthélémy Bompard, vice-président,
- Jean Chamaillé, trésorier (renouvellement),
- Mark Etc, secrétaire.

La fonction principale du Bureau reste les actions de lobbying.

État des lieux de la Fédération

Un bref rappel historique des missions de la fédération et de leur évolution est fait par Pierre Sauvageot.
Les membres du C.A. pilotes de commissions rappellent les chantiers en cours.
Jean Chamaillé fait une brève synthèse de la situation financière de la Fédération. Il est demandé à ce qu’un accent soit mis afin d’encourager les structures à adhérer (cotisation de 1 500 francs) afin d’augmenter le financement de la Fédération et de lui assurer une relative autonomie vis à vis du Ministère de la Culture, principal bailleur de fonds de la Fédé.
Par ailleurs, il est décidé que la fédération demandera une subvention supérieure pour 2001 (350 000 francs au lieu des 250 000 francs attribués en 2000), ainsi qu’un conventionnement de trois ans.
Enfin, la décision d’acquérir un matériel informatique propre à la fédération (pour remplacer l’ordinateur personnel de la coordinatrice) est prise. Cette dépense est considérée et validée comme étant prioritaire en 2001.

Évolution de la Fédération

Bruno Schnebelin et René Marion prennent la parole pour insister sur le fait que l’enjeu actuel de la Fédération se situe dans le cadre de la décentralisation et qu’il est important d’être vigilant quant à une dérive éventuelle de la délégation régionale et départementale. La perte de centralité peut être accompagnée d’une perte de qualité dont le ministère de la culture est le seul garant à ce jour.

De fait, le travail artistique qui a lieu dans l’espace public est politique et n’a pas une vocation sociale. Aussi, est-il important que la fédération soit une force de propositions pour ce qui concerne l’espace public.
Deux domaines de réflexion sont à partager avec nos interlocuteurs publics : le rôle de l’État pour notre secteur professionnel et celui des élus des collectivités locales et territoriales.

La place des fédérations en région est essentielle pour la prochaine étape de développement de la Fédération. Leur développement est prioritaire en 2001.
Par ailleurs, le constat des relations avec l’État est négatif. Il sera important, en 2001, d’envisager un positionnement différent.

Les commissions

Le rôle des commissions au sein de la Fédé est constitutif de la structuration de la profession.
La commission lieux de fabrique travaille à une état des lieux des lieux de création pour les arts de la rue. Le premier volet est en voie d’aboutir. Il étudie les lieux de fabrique bénéficiant d’aides spécifiques pour leur travail d’accueil en résidence. Un recensement des autres lieux qui accueillent des équipes en création sera ensuite mis en chantier.

La commission fiscalité et juridique forte de ses succès concernant la fiscalité des entreprises culturelles et artistiques va ouvrir un nouveau chantier qui a trait au statut de la création artistique.

La commission formation est en veille, dans l’attente des résultats de l’étude de définition confiée à Michel Crespin par le Ministère de la culture. Les travaux de la commission seront à redéfinir à l’automne 2001.
La commission internationale créée en juillet 2000 est en cours de définition. Les axes prioritaires seront discutés lors de la première rencontre internationale qui aura lieu à Namur, dans le cadre du festival des Arts Forains.

Questions diverses

HorsLesMurs

Une discussion est engagée sur le rôle d’HorsLesMurs et son utilisation par la profession. Le centre de ressources est ressenti comme partiellement opérationnel. Un groupe de travail constitué d’Ema Drouin, de Mark Etc et de Barthélémy Bompard se réunira dès la seconde semaine de décembre afin de réfléchir à des propositions constructives pour une meilleure adéquation des activités d’HLM en direction de la profession.
Maud Le Floc’h et Mark Etc représentent la Fédération auprès de HLM pour la conception des rencontres professionnelles organisées par HLM qui auront lieu à l’automne 2001.
Par ailleurs, il est demandé à ce qu’HLM travaille en réseau avec les autres centres de documentation sur les arts de la rue (Lieux Publics, L’Avant-Scène de Cognac…).

Le développement de notre secteur professionnel passe par une meilleure connaissance de ses moyens et la promotion des formes artistiques données dans l’espace public.
Il apparaît nécessaire de rencontrer l’ONDA afin de demander la constitution d’un GRAC spécifique pour les arts de la rue.
De même, l’enquête sur les moyens attribués par l’État aux arts de la rue amorcée en 1999 doit être relancée. Il serait judicieux de connaître des projets et structures qui se sont appuyées sur les mesures nouvelles annoncées.

Modalités de fonctionnement du CA en 2001

Prochaines rencontres :

- 5 et 6 mars 2001 en région parisienne. CA partiellement ouvert aux membres fondateurs (invitation par un membre du CA, validée par le Bureau.
- 3 mai 2001 à la Cité des Arts de la Rue à Marseille.
- 8 octobre à Sotteville-lès-Rouen.

De façon générale, un membre de la Fédération non-élu peut participer partiellement à un CA s’il est invité par un membre du CA par rapport à l’ordre du jour. Le Bureau doit en être informé au préalable.

Le rendez-vous pour le CA suivant est fixé. La coordinatrice est chargée de trouver un lieu d’accueil.