Bulletin d'information juillet août - La Fédération Nationale des Arts de la Rue

Bulletin d’information juillet août

mercredi 8 juillet 2009
par  Fédération IDF

N°7– JUILLET-AOUT 2009

VIE DE L’ASSOCIATION

DERNIER CA DE LA FEDERATION IDF

Suite aux réactions suscitées par l’annonce de Balapaname, les administrateurs ont décidé que la Fédération IDF ne devait relayer sur cette liste que les annonces ou événements qu’elle cautionne et donc, puisqu’elle défend la professionnalisation du secteur, les annonces de travail explicitement rémunéré. Ils ont également décidé de retenir la proposition de Pascal Laurent d’envoyer un courrier à Balapaname pour mettre en cause l’absence de rémunération prévue dans le projet des Bals barges.
N’oubliez pas que cette liste professionnelle lafederationidf@lefourneau.net où sont inscrits tous les adhérents de la Fédération IDF vous est ouverte pour la diffusion de vos offres d’emplois, recherche de bureaux, etc. N’hésitez pas à l’utiliser !

RENCONTRE « CULTURE, SUCRE LENT D’UNE EUROPE SOCIALE ET CITOYENNE / PANORAMA DES CHANTIERS EUROPEENS AUTOUR DE L’ART DANS L’ESPACE PUBLIC » DE LA FEDERATION NATIONALE A SOTTEVILLE-LES-ROUEN LE 27 juin

Cette rencontre bilingue français anglais autour des Arts de la rue en Europe a permis d’évoquer des exemples de projets de collaborations européennes comme le projet ZEPA, auquel l’Atelier 231 de Sotteville prend part, et de rappeler quelques chiffres, comme le budget culturel de l’Europe qui ne représente encore que 0, 03% de son budget total…
Les participants, issus de divers pays (Angleterre, Corée, Belgique, etc.) ont soulevé de nombreuses questions : qui est à l’initiative des projets européens, les compagnies elles-mêmes, les programmateurs ? Quelles lignes budgétaires européennes existent pour encourager la seule rencontre (sans production d’un « résultat ») entre artistes ? Le programme européen Interreg permet-il une réelle prise en compte des besoins du territoire ? Comment, en France, la nécessité de favoriser les rencontres internationales est-elle criante, alors même qu’un festival « international » des arts de la rue ne propose qu’un programme unilingue en français ? (La mobilité des programmateurs français a ainsi été évoquée comme une donnée essentielle de cette dynamique européenne à créer.)
La journée « Rue libre ! » a également été mentionnée comme une occasion en or pour favoriser ces échanges internationaux, et notamment avec l’outil de la radio « Rue libre » via le web, mise en place par le Fourneau.
L’expérience de la première édition de l’université nomade européenne mise en place dans le cadre du Festival d’Aurillac en 2008, réunissant 22 participants de 11 pays européens, a également été présentée (voir le compte-rendu de cette université nomade sur www.circostrada.org/spip.php?rubrique11).

DERNIERES ACTIONS EN DATE

REUNION RUE LIBRE ! 2009 DU 24 JUIN

Cette réunion qui a rassemblé 10 participants a permis de faire émerger une ébauche de scénario pour la prochaine « journée internationale des Arts de la rue et de la libre expression dans l’espace public » le 24 octobre 2009.
Les participants ont insisté sur le fait de choisir une action simple, légère techniquement (comme l’« entretien de Valois » de 2008 avec les balais), que chacun pourrait s’approprier en dernière minute, sans qu’une grosse préparation/répétition soit nécessaire.
L’action pourrait avoir lieu le matin, en un point de rassemblement restant à définir, afin de permettre aux artistes participants de se déployer l’après-midi sur leurs territoires comme l’an passé.
La question de savoir à qui s’adresser s’est posée : les médias (comme en 2008 ?) Il semble qu’en 2009, le scénario imaginé s’adresserait plutôt au passant, à l’habitant, à tout un chacun. Par ailleurs, la nécessité d’impliquer les élus a été mentionnée, mais il reste à définir la manière de leur donner rendez-vous pour prendre part, sous une forme ou sous une autre, à cette grande action collective.
Ce scénario consisterait à mesurer, avec divers outils, l’espace public : comment rétrécit-il ? comment est-il peu à peu confisqué ? comment l’empêcher de reculer ? comment retrouver au sein de nos villes et de nos villages de véritables places populaires qui permettent un vrai rassemblement ?
Mesurer l’espace public, c’est aussi mesurer le bien commun, nos occasions de se rencontrer, de partager, d’inventer le vivre ensemble… Comment la liberté de l’espace public est-elle associée à une forme de neutralité qui permet l’éclosion des singularités, tout un chacun investissant alors cet espace public en sortant dans la rue son canapé, sa télévision…
Cette invitation à se réapproprier collectivement l’espace qui est le nôtre serait aussi un pied de nez à toutes les lois récentes qui laisseraient croire que l’espace public est avant tout un lieu de danger où il convient de protéger l’ordre public alors que c’est chez nous !
Rendez-vous à Aurillac, jeudi 20 août, de 13h à 15h, à la Maison du festival, pour une grande réunion RUE LIBRE 2009 ! organisée par la Fédération nationale.
NB : les conférences de presse Rue libre auprès des médias nationaux se feront directement dans les rédactions des journaux de la capitale. Un appel à troupe éphémère sera lancé début septembre. En Ile-de-France la prochaine réunion a été fixée le 8 septembre à 15h00 (lieu à définir).
Et aussi : Appel à contribution pour la diffusion des affiches, cartes postales-autocollantes, manifestes Rue libre et pour la vente des Badges Rue libre (la Fédé IDF les vend par packs de 20 badges, à 10 euros). Des stocks sont disponibles à la Fédé IDF, n’hésitez pas à nous contacter pour venir vous en procurer : federationartsdelarueidf@wanadoo.fr

CHANTIER OBSERVATION PARTICIPATIVE ET PARTAGÉE

Le séminaire organisé par l’UFISC les 22 et 23 juin, réunissant principalement les élus et coordinateurs de différents réseaux du champ du spectacle vivant, adhérents de l’UFISC, a permis d’échanger des expériences et questionnements, de faire état des avancées du projet, de présenter concrètement l’outil partagé « Gimic » :

-  Rappel des fondements de l’observation participative et partagée, méthode partagée (creative commons) mise en place par la Fédurok (http://www.la-fedurok.org/rubrique.php?id_rubrique=127)
-  Enjeux actuels autour de l’observation et de « l’évaluation », notamment par l’institution.
-  Evocation de la première ébauche de tronc commun (questionnaire permettant une première observation commune et interdisciplinaire des associations artistiques et culturelles permettant de réunir des données chiffrées) mise en ligne sur le site d’Opale : http://www.culture-proximite.org/article.php3?id_article=238

FICHE FINANCEMENTS

Une erreur s’était glissée dans la fiche financements de la Fédération IDF mise en ligne sur le site, et désormais corrigée. Bonne nouvelle : les Emplois tremplin, dispositif de la Région IDF auquel nous encourageons vivement les compagnies Arts de la rue à prétendre, sont aidés durant 6 ans et non pas 5, avec un principe d’aide dégressive.
N’hésitez pas à consulter cette fiche et à nous faire part de toutes vos remarques et suggestions !
www.lefourneau.com/lafederation/Fiche-financements-Ile-de-France.html

LES LIENS AVEC LES PARTENAIRES

RENDEZ-VOUS AVEC CHRISTOPHE STRIEBEL du 29 juin

Suite à sa demande de rencontrer la Fédération IDF, Christophe Striebel a rencontré ses administrateurs afin de leur présenter son projet autour des Arts de la rue à Paris et région parisienne, projet qui se veut d’envergure et orienté sur une thématique historique, qui sera mené à travers des commandes passées à des compagnies sur différents tableaux.
Ce projet en est à ses prémisses. La Fédération IDF a laissé ouverte la possibilité de relayer auprès de ses adhérents les commandes passées aux compagnies dans le cadre de ce projet, notamment pour la mise en place de pilotes par un appel d’offre en octobre/novembre 2009.

ATELIER PARISIEN D’URBANISME

Le 1er juillet, la Fédération des Arts de la rue IDF a participé à la table-ronde réunissant une trentaine de personnes organisée par l’APUR dans le cadre de l’étude sur l’Offre culturelle dans l’agglomération centrale (Paris, Hauts de Seine, Seine Saint Denis, Val de Marne).
A cette table-ronde l’APUR avait également invité, pour les Arts de la rue, la compagnie Méliadès ; le Festival de l’Oh ! était également présent, ainsi que de nombreux acteurs et réseaux des différents secteurs artistiques : réseau de salles de musiques actuelles à Paris (MAP), réseau TRAM art contemporain, pour n’en citer que quelques uns, ainsi que des chercheurs spécialisés dans l’urbanisme.
Cette table-ronde a été l’occasion de partager quelques réflexions et interrogations par rapport aux perspectives de développement du Grand Paris.
La « peur du vide » qui caractérise souvent les projets d’urbanisme d’aujourd’hui a été évoquée : comment l’inquiétude que les lieux soient « animés » conduit-elle les projets urbanistiques à surcharger l’espace public ? De même, comment retrouver une ville où les activités (logements/loisirs, etc) ne sont plus cloisonnées ?
Comment imaginer de nouvelles places populaires permettant les rassemblements collectifs ? Comment vivre collectivement un lieu, via le sensoriel ? Comment les Arts de la rue questionnent en permanence l’occupation de l’espace public et, comment soulignent-ils d’un point de vue technique, la nécessaire mobilité du (trop souvent immobile) « mobilier » urbain ?
Comment pouvoir faire circuler les projets entre plusieurs communes ?
Concernant l’accessibilité de l’offre culturelle, plusieurs représentants ont souligné que même si l’importance des transports en commun est indéniable, il reste la possibilité comme cela se pratique fréquemment, de mettre en place des navettes. Et surtout, il a été soulevé que des projets, Arts de la rue notamment, étaient capables d’attirer des jauges très importantes dans des lieux situés à l’écart des centres urbains et mal desservis, dépassant par là la référence constante au « centre ville », induite par le réseaux de transports traditionnels. Les Arts de la rue, en allant à la rencontre du public, bousculent les barrières mentales du « ce n’est pas pour moi » ; ils soulèvent l’importance de travailler, plutôt que sur l’accessibilité physique, sur le désir d’accès à l’offre culturelle.
Des données mal connues ont également été rappelées, comme l’interdiction des débits de boisson après minuit en Seine Saint Denis, la question des nuisances sonores liées au récent élargissement de l’interdiction du tabac dans les lieux publics. L’étude de l’APUR sur Paris la nuit (www.apur.org/images/notes4pages/4P12.pdf) selon laquelle sur Paris 15% des employés travaillent de nuit, a également été évoquée.
Cette première table-ronde sera prolongée par de nouvelles tables-rondes à la rentrée.

AGENDA

15 juillet

Date limite de dépôt de dossier dans le cadre de l’appel à candidature Map Extension
(Pépinières européennes pour jeunes artistes)
www.art4eu.net/

15 septembre

Date limite de dépôt de dossier dans le cadre de l’appel à projets de l’Espace périphérique
www.espace-peripherique.com/popup2/popup4.htm

LES RENDEZ-VOUS DES FESTIVALS

Chalon dans la rue

jeudi 23 juillet, de 11 h à 13 h, à la Chapelle, rencontre organisée par la Fédération des Arts de la rue sur le thème : « Les fédés région / mode d’emploi ».

vendredi 24 juin, à partir de 23 h, au Carmel, dans le Verger :
BOUM Buvette ouverte utopique et mobile, organisée par la Fédération des Arts de la rue

jeudi 23 juillet à 15h à la Chapelle, table ronde de la Commission "auteurs des arts de la
rue" organisée par la SACD

Festival d’Aurillac

Jeudi 20 août de 13h à 15h à la Maison du festival
Réunion Rue libre ! 2009 organisée par la Fédération nationale

Vendredi 21 août à 23h30, cour Tivoli
BOUM Buvette ouverte utopique et mobile, organisée par la Fédération des Arts de la rue

Prochain CA de la Fédé IDF
9 juillet à 10h00 à la Maison des réseaux artistiques et culturels.

REUNION RUE LIBRE IDF 2009
le 8 septembre à 15h00 (lieu à confirmer)


Sites favoris


11 sites référencés dans ce secteur