Annonay : communiqué à la presse et aux pouvoirs publics en Rhône-Alpes - La Fédération Nationale des Arts de la Rue

Annonay : communiqué à la presse et aux pouvoirs publics en Rhône-Alpes

lundi 21 octobre 2002
par  lafede

Les Lilas, le 15 octobre 2002

Madame, Monsieur,

Nous sommes consternés par la décision du maire d’Annonay d’arrêter le Festival de la Manche, festival de théâtre et spectacles de rue, et serons présents le 26 octobre à la manifestation artistique de protestation organisée par le collectif citoyen " SPONTANÉ " à Annonay.

Les raisons pour lesquelles cette décision a été prise sont de toute évidence contestables. En effet, résumer l’action de l’équipe d’organisation au " CAUTIONNEMENT DE LA DROGUE ET DE L’ALCOOL, ET D’UNE FACON DE VIVRE " tel qu’énoncé par le maire d’Annonay est à la fois réducteur pour nos pratiques et dommageable pour la démocratie.

En premier lieu, le Festival de la Manche est l’une des rares manifestations consacrées aux arts de la rue en Rhône Alpes. Axe central d’une démarche territoriale permanente, il permet le développement de l’animation et de la formation de tout un réseau d’acteurs artistiques, culturels et sociaux, ainsi que l’approfondissement des relations avec la population locale. Il apporte également de la visibilité aux résidences locales de compagnies. Ainsi, arrêter le Festival signifie autant la fin de cette dynamique territoriale qu’une altération sensible du paysage national des arts de la rue.

Par ailleurs, les artistes et acteurs culturels que nous représentons ont choisi l’espace public comme lieu de représentation de l’art vivant. Ils s’adressent à tous les publics. Les propositions offertes sont le contre poids nécessaire aux politiques culturelles souvent conçues pour satisfaire 7% de la population fréquentant les huis clos de la culture.

La fermeture de l’espace public aux rassemblements artistiques que suscite le Festival prive de nombreux citoyens d’un accès partagé à l’art, et de liens de socialité fondamentaux. Nous nous opposons, en toute conscience et connaissance des faits, aux mesures et décisions politiques qui visent à restreindre l’usage de cet espace, espace de liberté d’expression, et espace commun dédié à l’ensemble des citoyens.

La décision récente du maire d’Annonay est aujourd’hui l’occasion d’interroger tous les gestionnaires des espaces publics quant à leur ouverture à un monde partagé dont le territoire commun est un maillon essentiel de l’accès aux oeuvres et du tissage des liens sociaux.

Pour la Fédération
Le Président


Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur